Agrégateur de flux

Voici 5 Chromebooks en promotion : on vous explique pourquoi craquer maintenant

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 21:36

Dois-je acheter un Chromebook ? Si vous ne savez rien de ces ordinateurs portables relativement nouveaux et que vous vous demandez ce qui la différencie d'un PC traditionnel, vous n'êtes pas seul. Clarifions tout ça avant de vous présenter quelques modèles en promo.

Qu’est-ce qu’un Chromebook ? Est-ce suffisant pour moi ?

Les Chromebooks sont conçus pour exécuter un système d’exploitation léger — nommé Chrome OS — destiné à vous aider dans certaines tâches de productivité, mais principalement pour des tâches basiques, comme de la navigation sur Internet, de la bureautique, regarder des vidéos et faire tourner des apps Android. Etant donné qu’ils n’ont pas besoin de ressources importantes, ils sont généralement parmi les ordinateurs portables les plus légers et parmi les plus abordables du marché.

Pour aller plus loin
10 ans de Chrome OS : lettre d'amour aux Chromebook et leur...

Sur Chrome OS, vous trouverez le navigateur Chrome, ainsi que le Play Store. Ce Play Store ressemble beaucoup à celui qui équipe votre smartphone Android, la plupart des apps Android tournent sous Chrome OS. C’est un OS simple à utiliser et à configurer, avec des mises à jour régulières. Il ne nécessite pas de maintenance, l’OS se met à jour tout seul et il est suffisamment léger pour exécuter sans broncher ce que vous lui demandez.

Lien YouTube

La question est donc maintenant : les Chromebooks sont-ils assez bons pour remplacer un ordinateur portable sous Windows 10 ou un MacBook avec macOS ? En fin de compte, tout dépend de vos besoins informatiques. Si vos besoins sont des usages poussés avec des applications et des programmes qui ne sont pas disponibles sur Chrome OS, laissez tomber les Chromebooks. Par contre, c’est une machine très agréable à utiliser, et elle suffira à une grande majorité des utilisateurs. Vous pouvez d’ailleurs avoir des usages poussés, il est possible de jouer sur Stadia avec.

Pixlr Editor

Il est devenu difficile de faire trembler un Chromebook. La plupart des applications sont disponibles sur le web, y compris la suite Office. Il existe même une poignée d’éditeurs de photos disponibles pour Chrome OS, y compris Pixlr qui est gratuit et qui ressemble beaucoup à Photoshop. Attention tout de même, la plupart des programmes et apps Chrome OS et Android nécessitent une connexion internet pour fonctionner.

Enfin, les Chromebooks offrent généralement une autonomie très importante. Comptez environ 10 heures d’autonomie, une bonne journée travail, avec une navigation continue sur le Web via Wi-Fi. Maintenant que vous connaissez mieux cet OS, on vous propose 5 promotions.

Les promotions du moment

Pour les fêtes de fin d’année, il y a de nombreuses promotions chez plusieurs marques, nous avons donc sélectionné les 5 ordinateurs qui nous semblent les plus intéressants.

Pour aller plus loin
Quels sont les meilleurs Chromebook à acheter en 2019 ?

On débute la sélection avec ce modèle : Dell Inspiron Chromebook 14-7486. Une dalle de 14 pouces de diagonale en Full HD, il intègre un CPU Intel Core i3, 4 Go de RAM, du stockage eMMC avec 128 Go au total. C’est un format 2-1, pratique car vous pouvez le transformer rapidement en tablette si nécessaire.  Il est actuellement à 539 euros sur Amazon.

Dell Inspiron Chromebook 14-7486

Notre seconde sélection est le modèle Asus Chromebook C433TA-AJ0043. C’est toujours un format 2-en-1 convertible avec un écran de 14 pouces (Full HD), un CPU un peu moins puissant, l’Intel Pentium Gold 4415Y, mais 8 Go de RAM et 64 Go de stockage. Il est à 539 euros sur Amazon, avec une belle baisse de prix.

 

Asus Chromebook C433TA-AJ0043

On passe sur un prix un peu plus bas : le HP Chromebook x360 12b-ca0005nf est à seulement 259 euros actuellement sur Amazon. C’est un format convertible avec un écran IPS tactile de seulement 12 pouces Full HD, ce qui est pratique à transport, il est animé par un CPU Intel Celeron N4000, 4 Go de RAM, et 32 Go de stockage.

HP Chromebook x360 12b-ca0005nf

On reste sur un produit plus accessible : l’Acer Chromebook CB3-431-C64E est à seulement 299 euros, avec une belle promotion également. Grosse autonomie attendue, 14 heures, avec un écran IPS de 13,9 pouces en définition Full HD, le reste est classique : Intel Celeron N3160, 4 Go de RAM et 32 Go de stockage.

Acer Chromebook CB3-431-C64E

Notre sélectionne termine sur un rapport qualité-prix : l’Asus Chromebook C423NA-EC0103. Tactile, 14 pouces Full HD, on retrouve la configuration des Chromebooks : l’Intel Pentium N4200, 4 Go de RAM et 64 Go de stockage. Seulement 329 euros sur Amazon.

Asus Chromebook C423NA-EC0103

Amazon propose d’autres promotions sur les Chromebooks, vous trouverez l’ensemble des bons plans par ici.

Tous les derniers Bons plans

Catégories: Mobile

Test de l’Amazon Echo Studio : la meilleure des enceintes Amazon a aussi des faiblesses

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 20:00
Introduction

Avec l’Echo Studio, Amazon entend montrer qu’il est capable de réaliser une enceinte connectée délivrant un son de qualité. Pour cela, il intègre cinq haut-parleurs dans son produit, ce qui permettrait d'offrir un son immersif. On a voulu vérifier.

Amazon Echo Studio

L’Amazon Echo Studio est enfin arrivée pour test et il nous tardait de la recevoir pour une raison assez simple : nous en avions eu une rapide démonstration à l’occasion d’une conférence de presse. À ce moment-là déjà, cette enceinte connectée s’annonçait prometteuse pour un modèle connecté à 200 euros.

C’est désormais dans un espace familier et avec des morceaux sélectionnés par nos soins que nous allons vérifier si nous avions raison de nous fier à notre première impression.

Fiche technique de l’Amazon Echo Studio Modèle Echo Studio Fiche produit

Ce test a été réalisé avec une enceinte Echo Studio prêtée par Amazon

Avant d’attaquer le vif du sujet, nous tenions à saluer l’effort réalisé par Amazon sur l’emballage. Ici, à part deux minuscules petites attaches pour entourer le câble d’alimentation de l’enceinte, il n’y a tout simplement pas de plastique ! La boîte est en carton et les deux petits fascicules en papier.

On trouve tout de même un sac qui entoure l’enceinte et qui permet d’ailleurs de l’extraire facilement de son emballage. Mais si vous assumez le fait d’arborer le logo Amazon, alors vous pourrez tout à fait vous en servir comme d’un sac pour transporter des choses. Et, pourquoi pas, pour emporter occasionnellement l’enceinte avec vous chez des amis ou dans votre maison de vacances.

La promesse d’un son haute résolution “immersif”

Nous ne nous attarderons pas sur la procédure d’installation de l’enceinte tant l’Echo Studio est simple à configurer. Ce qu’il vous faut retenir, c’est peut-être qu’il vaut mieux en faire l’installation à l’emplacement où vous avez prévu de l’utiliser. En effet, la procédure de configuration se termine par la calibration du « rendu 3D”. Pour cela l’Echo Studio diffuse des sons qui se réverbèrent sur vos murs et sont captés à nouveau par ses sept micros en vue de calibrer sa position dans la pièce.

Les sept micros sont disposés sur le dessus de l’enceinte

À l’occasion de la présentation du produit, l’équipe d’Amazon nous avait indiqué que cette procédure, l’enceinte l’effectue régulièrement pour assurer la meilleure restitution audio possible. L’objectif étant de livrer un son immersif.

 

Pour comprendre comment Amazon compte y parvenir, il faut s’intéresser à ce qu’il se passe derrière le tissu acoustique de l’Echo Studio. Là, le constructeur a intégré cinq haut-parleurs, dont un tweeter, trois médiums et un woofer. La taille de ce dernier est de 5,25 pouces, c’est-à-dire 13,3 cm de diamètre. Précisons que l’enceinte fait 17,5 cm de diamètre. Le woofer est orienté vers le bas et diffuse les basses fréquences au travers des ouvertures réalisées dans l’enceinte. Nous y reviendrons.

Toujours dans le détail, le seul tweeter embarqué de 1 pouce (soit 2,54 cm de diamètre) est intégré sur l’une « des faces » du cylindre — si tant est du coup qu’on puisse appeler cela une face, le terme « génératrice » étant plus exact.

Il est positionné sous les boutons de l’Echo Studio, ce qui veut dire alors que celui-ci devra être idéalement orienté vers le public. Les tweeters de 2 pouces (soit 5,1 cm environ) sont installés de chaque côté, à gauche et à droite, mais aussi au-dessus, ce qui permet notamment à l’Echo Studio de prétendre à la certification Dolby Atmos.

Le tweeter est à positionner idéalement face aux auditeurs

Finalement, quitte à considérer que ce cylindre ait une face arrière, aucun haut-parleur n’est intégré à cet endroit. C’est pourquoi, si d’aventure en magasin un vendeur vous parle de son à 360 degrés, ne vous laissez pas totalement séduire par le propos. En revanche, elle est bien compatible avec la technologie Sony 360 Reality Audio, mais nous n’avons pas pu tester le résultat.

En fait, seules les basses avec le caisson orienté vers le bas et les deux ouvertures peuvent réellement prétendre à une diffusion « à 360 degrés ». Ajoutons aussi que le tweeter installé au sommet de l’enceinte permet dans une certaine mesure de diffuser un son « ouvert » donnant l’impression d’un rendu à 360 degrés. Mais lorsqu’on installe Echo Studio au centre d’une pièce, par exemple, et qu’on tourne autour, on note bien qu’il manque quelque chose lorsqu’on passe de l’autre côté de ce que nous considérons être l’avant de l’enceinte.

Donc non, le rendu à 360 degrés est imparfait et c’est sans doute pour cela qu’Amazon parle plutôt « d’un son immersif 3D » qui utilise l’orientation des HP et la réverbération du son sur les murs pour tenter de créer une bulle audio autour de vous.

Un bon rapport qualité/prix 

Une fois cette subtilité en tête, il faut bien reconnaître que nos premières impressions sur l’Echo Studio se vérifient lors des tests. Avec sa puissance annoncée de 330 watts, l’enceinte ne manque pas de réserve et elle sonorise sans problème un salon de 30 m². Ayant l’une de ses principales rivales à portée de main, à savoir le Google Home Max, c’est tout naturellement que nous avons organisé un petit duel.

Rappelons que l’enceinte de Google nous avait quelque peu déçus lors des tests notamment en raison de son manque de précision. Pour un produit à 399 euros, le résultat n’était pas complètement à la hauteur de nos attentes. Sauf que depuis, le prix de la Home Max s’est calqué sur celui de l’Echo Studio. Une baisse de prix significative qu’il faut bien entendu prendre en compte dans le match qui s’est tenu dans notre salon…

L’enceinte d’Amazon est plus discrète et tout aussi puissante que la Home Max

… et que l’Amazon Echo Studio remporte néanmoins. Dès les premiers morceaux, écoutés depuis Spotity, Deezer — dans la plus haute qualité disponible pour ces deux services –, mais aussi en connectant directement notre smartphone en Bluetooth, le rendu très neutre du Google Home Max se rappelle à nous. Sans franchement être insupportable pour autant.

Parfois, ce rendu paraît même légèrement mieux adapté à certains morceaux que la restitution plus « cristalline » de l’Echo Studio. Mais ce n’est qu’une impression. Car lorsque les morceaux se complexifient, l’Echo Studio reprend le dessus. La multiplication des enceintes et leurs orientations contribuent vraiment à produire un son plus détaillé et globalement plus agréable. Voix et instruments se détachent un peu mieux les uns des autres.

Attention toutefois, dans la conception nous ne sommes pas ici en présence d’un système avec des enceintes dispersées un peu partout dans la pièce. Il faut garder en tête que ce système 4.1 combine toutes ses voies dans un seul et même appareil de 17 cm de diamètre et 20 cm de haut.

Sans valider totalement le discours marketing d’Amazon qui promet un « son haute-fidélité 3D », il faut bien reconnaître que pour une enceinte à 200 euros… il se passe quelque chose. En tout cas, le Google Home Max est en retrait. En termes de puissance, nos oreilles nous disent que la différence se tient dans un mouchoir de poche. D’ailleurs, on retrouve sur l’Echo Studio ce que nous avions apprécié sur la Home Max, à savoir que malgré une capacité à produit une forte puissance (toujours compte tenu du format physique de l’enceinte), l’Echo Studio ne souffre pas d’effet de saturation même à plein volume.

Après plusieurs heures d’écoute, on préfère l’Echo Studio… même si ce n’est pas parfait. En effet, pour faire mieux encore, il aurait fallu qu’Amazon propose une fonction d’égaliseur comme le fait Google via son application Home en ajustant graves et aigus jusqu’à 6 dB. On cherchera bien un moyen de corriger le problème en cherchant dans l’application mobile Alexa ou en jetant un dernier coup d’œil dans les options de Spotify, mais rien. Il faut se contenter de cela. On espère vraiment qu’Amazon sera en mesure de faire évoluer la chose avec une future mise à jour.

Il est très facile de couper le micro

Il y a bien aussi un autre détail qui nous agace : l’absence de bouton physique pour changer de piste. Pour le faire, il faut soit avoir son smartphone sous la main, soit utiliser la commande vocale « Alexa… suivant ». Ce qui peut s’avérer pénible à la longue.

Un peu trop basique pour le cinéma

À l’occasion de la présentation de sa nouvelle enceinte connectée, Amazon avait insisté sur un point précis : l’Echo Studio peut aussi faire office d’enceinte home cinéma. À une condition toutefois ! Pour se faire, l’Echo Studio doit être connectée à un Fire TV Stick 4K d’Amazon, que nous avons d’ailleurs testé et approuvé il y a quelques semaines, et que nous avons conservé, justement pour le soumettre à ce test spécifique.

L’enceinte peut aussi se connecter au Fire TV Stick 4K

En quelques minutes on indique via l’application mobile Alexa que l’Echo Studio sera l’enceinte home cinéma du Fire TV Stick 4K. La procédure est très simple à réaliser, mais le résultat n’est pas vraiment à la hauteur de nos attentes. Certes, Echo Studio apporte une puissance qui n’est pas banale par rapport à celle d’un téléviseur, mais le rendu est beaucoup trop brouillon. Si on ne note pas de décalage entre le son et l’image, rien ne se détache vraiment dans cette restitution. Les voix peuvent rapidement être noyées dans les effets sonores d’un film d’action par exemple.

Et si le rendu à 360 degrés est déjà discutable pour l’écoute de musiques, cette utilisation en tant qu’enceinte cinéma nous prouve que, même si l’Echo Studio peut le faire, elle n’est pas faite pour cela.

Il est impossible de définir une enceinte gauche et une enceinte droite

Et ce n’est pas mieux lorsque deux enceintes Echo Studio sont connectées à la Fire TV Stick 4K. En effet, toujours à l’occasion de la présentation du produit qui nous a été faite par Amazon à la presse, nous avions pu tester cette fonction Home Cinema avec deux enceintes connectées simultanément.

Le gros souci c’est qu’il n’est nullement possible, depuis l’application par exemple, de définir une enceinte gauche et une enceinte droite. Du coup, les deux enceintes émettent le même son stéréo sans aucune prise en compte de la spatialisation de la scène et lorsqu’un bruit traverse l’écran de gauche à droite par exemple, le résultat n’est franchement pas perceptible. C’est vraiment dommage, car avec deux enceintes, le système commence pour le coup à offrir une puissance intéressante.

Il pourrait être intéressant d’utiliser ces enceintes comme satellites arrière si le son du téléviseur dispose déjà d’enceinte de qualité.

Et Alexa dans tout ça ? 

Chez Amazon, on se targue désormais d’avoir plus de 1700 skills « en rayon ». Autant d’extensions qui permettent à Alexa d’échanger avec d’autres familles de produits connectés compatibles. Vous vous en doutez, il nous est impossible de toutes les tester. En revanche, sur les quelques produits connectés que nous avons en stock (ampoules et prises connectées essentiellement) tout s’est bien passé. À noter d’ailleurs que l’Echo Studio est compatible avec les produits Zigbee.

Le plus étonnant pour nous a été de constater qu’Alexa nous entend encore bien alors que la musique est à fond. Les sept micros intégrés sont remarquablement efficaces, ce qui est tout aussi inquiétant. Alexa a techniquement toutes les capacités pour très bien entendre ce que vous dites dans la pièce, même si vous êtes à plusieurs mètres de l’enceinte. On peut toujours se rassurer qu’elle ne nous écoute et ne nous enregistre pas, seulement lorsqu’on l’interpelle par son patronyme.

Il est très facile de couper le micro

Et si vous en doutez, il est possible de désactiver le micro en pressant sur le bouton dédié et qui est facilement accessible sur le dessus du produit, en opposition à celui de la Google Home Max qui est situé derrière l’enceinte.

Enfin, dans l’ensemble, nous n’avons eu aucun souci particulier avec les différentes requêtes que nous avons soumises à l’assistant d’Amazon. Pour de nombreuses questions, il est désormais possible d’utiliser des échanges plus « naturels ». Comprenez qu’Alexa peut vous demander de préciser une instruction, et reste alors en attente. Il n’est pas utile de prononcer plusieurs « Alexa », pour prolonger les échanges.

Prix et disponibilité

L’Amazon Echo Studio est d’ores et déjà disponible à l’achat sur Amazon au prix de 200 euros. Elle ne devrait cependant être en stock qu’à partir de la fin du mois de janvier 2020.

Où acheter le
Echo Studio au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

Catégories: Mobile

Comment rajouter sa signature sur un fichier PDF

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 18:00

Beaucoup de documents administratifs se retrouvent aujourd'hui numérisés, plutôt que de devoir les imprimer pour signer puis les re-scanner, certains outils permettent d'ajouter directement sa signature sur le fichier PDF.

Aujourd’hui, énormément de documents ne se présentent plus sous forme papier, mais directement numérisés, en fichier PDF par exemple. Certains de ces documents sont à signer et, plutôt que de gâcher du papier en imprimant le document et de l’encre en signant avec son plus beau stylo BIC, pourquoi ne pas le signer depuis son ordinateur ?

Certains logiciels ou sites internet permettent de signer directement depuis un fichier PDF, pour vous économiser du temps et du papier. Nous avons sélectionné 2 logiciels et un site web vous permettant de réaliser cela, à vous ensuite de choisir selon vos envies et ce qui vous convient le plus.

Signer un PDF depuis le logiciel Adobe Acrobat Reader

Adobe Acrobat Reader est surement le lecteur de PDF le plus connu derrière les navigateurs web comme Google Chrome qui les lisent nativement. L’avantage du logiciel d’Adobe est sa faculté à pouvoir modifier les fichiers PDF, là où Chrome et consorts ne font que les lire.

Pour commencer, il faut avoir installé le logiciel Adobe Acrobat Reader sur son ordinateur (compatible Windows ou MacOS). Lancez-le et ouvrez le fichier PDF sur lequel vous voulez signer.

Dans la colonne de droite, cliquez sur Remplir et signer. Vous aurez le choix entre signer vous-même le document ou demander à quelqu’un d’autre de le faire, en cas de besoin de signatures multiples. Sélectionnez Outil Remplir et signer et vous vous retrouvez sur votre PDF.

Pour enfin arriver sur le menu pour signer le document, cliquez sur Signer et choisissez entre Ajouter une signature ou Ajouter un paragraphe. Ce qui va nous intéresser ici est la première option.

Adobe vous propose ensuite trois possibilités : Taper un texte qui servira de signature, Tracer une signature ou ajouter une Image.

Si vous décidez de Tracer votre signature, vous pourrez la dessiner avec votre souris ou pavé tactile ou mieux : avec votre stylet ou doigt si vous avez un écran tactile.

Après avoir écrit, tracé ou choisi votre image à utiliser comme signature, cliquez sur Appliquer, votre signature sera alors « attachée » à votre curseur. Pour l’ajouter au document, déplacez votre curseur jusqu’à l’endroit où vous voulez que votre signature soit et faites un clic gauche.

Lorsque la signature est appliquée, vous pouvez la modifier en l’agrandissant, la rapetissant ou en changeant la couleur.

Pour exporter le PDF, il n’y a plus qu’à l’enregistrer comme on le ferait avec un fichier texte classique et vous pourrez récupérer votre PDF signé.

Signer un PDF depuis son navigateur web

D’autres services permettent de signer sur un fichier PDF, certains le font directement depuis votre navigateur web comme SmallPDF.com.

SmallPDF est un outil gratuit à usage limité, vous pouvez modifier deux fichiers PDF par heure, ce qui devrait être suffisant pour la plupart des utilisateurs. Si ce n’est pas le cas pour vous, nous vous recommandons d’utiliser Acrobat qui, pour signer un PDF, est gratuit et sans limites.

Rendez-vous sur la page dédiée à cette fonctionnalité et ouvrez-y votre PDF.

Deux options s’offrent à vous : Placer la signature ou Ajouter du texte. Cliquez sur la première option et vous vous retrouvez sur un menu similaire à celui vu sur Acrobat. Vous pouvez Tracer une signature, Téléverser une photo ou en prendre une avec l’Appareil Photo. Dans notre cas, nous allons la tracer à l’aide de l’écran tactile ou de la souris.

Cliquez sur Enregistrer pour ajouter la signature au PDF, déplacez-là où bon vous semble et vous pouvez à présent la modifier en l’agrandissant, la rapetissant ou en changeant sa couleur. Contrairement à Acrobat, vous n’aurez que deux couleurs de signature : noir ou bleu.

Lorsque votre signature est ajoutée, cliquez sur Terminer et le site vous redirige vers la page de téléchargement du fichier. Enregistrez-le et vous pouvez dès à présent le partager à n’importe qui.

À présent, vous n’aurez plus à imprimer « pour rien » vous documents à signer. La planète (et votre portefeuille, car l’encre, ça coûte cher) vous remercie !

Catégories: Mobile

J’ai passé un mois avec Ring Fit Adventure : de la sueur… et du cœur

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 16:00
Introduction

Ring Fit Adventure est sorti sur Nintendo Switch à la mi octobre et rêvait de faire bouger les petits geeks que nous sommes devant leur console. Mission réussie ? J'ai passé ce dernier mois avec le jeu, et vous offre mes conclusions.

Image non-contractuelle

Lorsque Wii Fit est sortie, le constructeur japonais s’est tout à coup retrouvé avec un nouveau succès interplanétaire. Soudainement, après avoir rendu le jeu vidéo facilement accessible à tous les âges avec des recettes comme le Docteur Kawashima ou encore Wii Sports, il a également reçu les faveurs des personnes en manque de fitness dans leur vie.

Avec la Nintendo Switch, et après l’échec de la Wii U, Nintendo s’est recentré sur son cœur de métier : les joueurs purs et durs. The Legend of Zelda Breath of the Wild est venu dès le premier jour signer ce retour, quand le retour de Super Smash Bros. en fin d’année dernière l’a entériné.

Avec Ring Fit Adventure, sortie à la mi-octobre, la marque japonaise tente cependant le grand écart : réussir à retrouver la fitness tout en continuant de parler aux joueurs. Pari réussi ?

Pourquoi pas Ring Fit Adventure ?

J’ai contacté Nintendo à la sortie du jeu afin de récupérer un exemplaire presse de celui-ci. L’idée pour moi ? Pouvoir justement vous dire si Ring Fit Adventure avait vraiment les capacités pour me faire continuer à jouer moi, joueur « pur et dur » sentant bon le jeu de combat et les fesses vissées dans le canapé.

Pourquoi cette expérience ? Parce qu’à force de voir le jeu de loin, je ne pouvais m’empêcher de constater qu’il ressemblait bien à… un jeu. Un vrai. Avec un scénario, des mécaniques de RPG, et quelques éléments qui semblaient convaincants. La curiosité m’a poussé vers la porte du sport, moi qui n’ai que brièvement bougé ces fesses quelques mois à la salle avant de déménager sur Paris et de ne plus vouloir en entendre parler.

Ces fesses, justement. Voilà qu’elles ne connaissent plus que les trajets vers le travail, vers les amis, et vers le canapé. Impossible pour moi d’imaginer aller à la salle alors que je rentre mentalement exténué chaque soir chez moi et continue de travailler sur des projets personnels le week-end. Sur cet aspect aussi, Ring Fit Adventure avait un petit quelque chose d’attirant : pouvoir faire tout ça chez moi, en paix, rapidement et simplement.

Cela fait un peu plus d’un mois maintenant que le jeu est à mon domicile et que la cartouche est insérée dans ma Nintendo Switch. Il est temps de vous faire un retour complet sur l’expérience.

Peu d’espace requis pour Ring Fit Adventure

Que demande Ring Fit Adventure pour pouvoir jouer ? C’est assez simple : l’investissement premier pour acquérir le pack avec le fameux « ring » où insérer le Joy Con droit et la bande à plaquer contre sa jambe gauche pour le Ring Fit gauche. Pour le reste, il ne vous faudra que du temps… et un peu d’espace.

Sur ce dernier point, je suis heureux de pouvoir vous dire que même un espace limité suffira. Dans mon petit appart parisien de 25 m², jouer à Ring Fit Adventure n’a pas posé plus de problème que bouger ma petite table Ikea (vous savez, la moins chère, que tout le monde a) de devant ma TV.

On imagine vite qu’il suffit d’avoir la place d’être debout devant sa TV, mais comptez aussi la place pour lever vos bras bien hauts au-dessus de vous et de vous asseoir à terre. Croyez-moi : j’ai envoyé quelques coups de poing fortuits à mon lampadaire avant de bien calibrer mon espace.

Il est là, depuis le début

Enfin… ayez des voisins du dessous qui n’ont pas trop d’exigences sur le bruit que vous faites, puisque le jeu vous demande souvent de courir sur place. Nintendo a prévu le coup en ayant un mode discret qui vous fera faire des mouvements de jambes moins amples et donc avec moins d’impacts sur le sol, mais il est difficile de se retenir lorsqu’on est lancé dans le jeu (et physiquement fatigué).

Petite note également : l’anneau de Ring Fit Adventure est encombrant… en lui-même. Dans mon petit appartement, je n’ai jamais réussi à lui trouver une place au propre et il est posé depuis un mois à côté de ma TV. N’oubliez pas de considérer ce point en achetant le jeu si vous êtes un grand maniaque. Et également de porter des vêtements adéquats.

Le matériel est basique, mais efficace. La sangle, faite d’un tissu plastique assez commun dans les apparats de sport, semble bien résistante et son scratch puissant ne m’inquiète pas pour sa longévité. Bonus important : vous pouvez passer tout ça en machine si vous finissez par le tremper de sueur. L’anneau quant à lui est fait majoritairement d’un caoutchouc très résistant qui pourra subir toutes les torsions que demande le jeu sans problème. Il est équipé sur les côtés de parties rembourrées en tissu qui, là encore, tiennent par un scratch et peuvent être retirées pour passer en machine. Tout respire donc la solidité, sans pour autant être condamné à humer le rance après quelques parties.

Ring Fit Adventure est un vrai jeu vidéo

Ring Fit Adventure s’ouvre tout d’abord sur des réglages de votre force, de votre poids et du rythme que vous souhaitez avoir pour participer à l’aventure. Tous ces points peuvent être retouchés pendant une session, faisant qu’il est parfaitement possible d’avoir des séances intenses et des séances plus calmes au cours d’une semaine.

Mais ce que l’on retiendra surtout est à quel point Ring Fit Adventure est… un jeu, un vrai. Dès l’introduction, totalement scénarisée, nous voici jetés dans un univers qui s’amuse avec les codes du fitness pour créer son monde, du dragon bodybuilder en guise de boss final aux divers smoothies remplaçant les habituelles potions. Ne reste plus qu’à courir sur place pour vous balader dans les divers univers que le jeu vous propose, en regardant au bord de la route quelques créateurs se balader et ouvrir des coffres en soufflant dessus avec votre cercle magique.

Au trot mauvaise troupe !

C’est même une production définitivement « Nintendo-esque » dans sa forme, alors que tous les niveaux sont reliés les uns aux autres par une grande carte qui n’est pas sans rappeler un jeu de société… ou un Mario. Et sur tous ces mondes, l’attention aux détails que l’on attend du développeur est bien là, poussant à rester curieux au cours de l’exploration.

Une carte qui n’est pas sans rappeler… tout Nintendo

Dans le ton, Ring Fit Adventure porte tout autant la patte du développeur japonais. On retrouve ces dialogues très à la frontière de la mièvrerie sans trop être enfantin qui font leur succès sur le grand public… mais aussi cette tendance à être énormément pris par la main, même lorsque l’on a définitivement compris le principe. Ça agace un tout petit peu avant qu’enfin le jeu se décide à partir du principe que ses règles sont intégrées maintenant.

Et surtout, c’est un RPG

Mais surtout, en son cœur, Ring Fit Adventure est un RPG, soit le genre que j’apprécie particulièrement. Les exercices ne sont en effet pas présentés comme tels dans le jeu, mais comme des attaques appartenant à une certaine catégorie. Ainsi, les exercices de bras sont en rouge, les exercices type yoga sont en vert clair, etc., etc.

Plus qu’une couleur pour mieux identifier la partie du corps à travailler, il s’agit… de faiblesse. Les attaques rouges sont efficaces contre les ennemis rouges, les bleus contre les bleus, et ainsi de suite. Et plus encore, vous êtes « le Pokémon » de votre aventure : passer en niveau vous fera gagner de nouvelles attaques à mettre dans votre liste prédéfinie (et limitée) et certaines font des dégâts sur plusieurs monstres à la fois, mais prennent deux tours à recharger contre un tour pour une attaque ciblant un seul monstre.

Un ennemi bleu, une attaque rouge

C’est une logique de RPG tour par tour traditionnel, particulièrement chez les développeurs japonais. Et ça fonctionne : au bout d’un moment, la notion d’exercice sportif s’efface et ne reste plus que le jeu. Simplement, il vous faudra remuer votre corps si vous souhaitez attaquer, et le faire efficacement pour avoir les meilleurs dégâts.

Les techniques se gagnent au fur et à mesure des niveaux

Cette dernière notion se ressent particulièrement sur la garde. Lorsque les ennemis attaquent, vous aurez besoin de positionner le rond contre votre ventre et le presser pour déployer votre bouclier. Mais si vous ne pressez pas assez, vous prendrez des dégâts tout de même. Ring Fit Adventure fonctionne ainsi : de votre motivation de faire l’effort complet dépend votre réussite en jeu. Avec une mentalité de joueur, cette carotte sur les dégâts fonctionne merveilleusement bien pour nous faire bouger.

Il y a également une petite notion de « leveling » sur le jeu. Il m’est arrivé plus d’une fois de revenir sur la zone précédente simplement pour gagner en expérience, passer un niveau, et rendre la zone suivante plus simple à compléter.

La motivation est le jeu

Ring Fit Adventure est malin, vraiment. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai simplement dit devant mon écran « oh c’est pas bête du tout ça » en regardant se déployer devant moi sa boucle de gameplay. Au lendemain de mes sessions, j’avais hâte d’y revenir. Pas parce que j’avais envie de faire du sport (mais alors, vraiment pas), mais parce que j’avais envie de claquer la perruque de ce boss bodybuildé qui ne m’a que trop nargué la nuit précédente.

Et c’est quelque part… un problème pour moi. Laissez-moi vous expliquer. Il ne s’agit pas d’un problème du jeu, mais de ma mentalité de joueur. Ring Fit Adventure s’est ancré en moi non pas comme un exercice physique important à faire pour ma santé, mais comme un jeu que j’ai vraiment envie de compléter.

17 min en jeu, une heure dans la vraie vie, et j’étais mort

Or, quelques semaines après sa sortie… Death Stranding, le dernier jeu d’un de mes créateurs favoris, est sorti. Et puis Pokémon Épée et Bouclier est sorti sur la Nintendo Switch. Et je n’ai plus jamais relancé Ring Fit Adventure, car ces deux derniers ont tout simplement priorité dans ma liste. Il n’y avait pourtant qu’un frein à mon envie de jouer : je n’ai pas de vêtements bons pour une activité sportive, et se préparer en mettant la sangle et en clipsant ses Joy Con au cercle dédié met un peu plus de temps que simplement saisir sa manette. Un frein qui, très sincèrement, n’est pas si difficile que cela à surmonter.

Mais plus que cela, plus que la fatigue et le manque de temps libre dans mon emploi du temps, Ring Fit Adventure a subi… la compétition des autres titres de mon catalogue. Reste que je suis bien heureux de l’avoir et que, les fêtes de Noël arrivant, il risque bien de revenir de plus belle dans mes habitudes de jeu pour contrer un peu les repas de famille à venir.

Quitte à devoir le faire, autant que ce soit dans un univers que j’apprécie avec un gameplay qui me titille.

Tout savoir sur la Nintendo Switch

Catégories: Mobile

La Nvidia Shield TV (2019) est déjà en promotion

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 15:24

On a découvert la Nvidia Shield TV, le nouveau format, après plus de 2 ans d'attente. Evidemment, c'est un bon plan avec cette baisse de prix.

Cette année, Nvidia a annoncé deux versions, la version Pro et la version classique. La promotion concerne la version classique. Elle introduit un nouveau design en forme de tube : l’image ci-dessous est un effet d’optique, cette box est un peu plus imposante dans la réalité. Elle intègre d’ailleurs différents ports aux deux extrémités du tube: HDMI, microSD et un bouton de recherche à distance d’un côté, mais aussi l’Ethernet et une alimentation de l’autre côté.


C’est une box Android TV compatible 4K UHD, avec évidemment les dernières normes HDR prises en compte. Nous vous conseillons de lire le test du produit. La grosse nouveauté est la présence d’un nouveau SoC, le Tegra X1+ qui délivre 25 % de puissance en plus (Nvidia tire parti des mêmes avancées que pour la puce de la Switch Lite) et permet donc quelques capacités supplémentaires. Elle est compatible Dolby Vision, en plus du HDR10 et du Dolby Atmos déjà disponibles sur la précédente Shield.

La télécommande intégrée a également été redessinée. L’autre grande nouveauté est un système d’upscaling alimenté par l’IA qui donne au contenu Full HD un aspect plus proche de la définition 4K UHD.
La box Shield TV (2019) est à 152 euros avec le code promo FNAC10, c’est quelques euros de moins que le prix initial (159 euros). C’est une box puissante qui va vous suivre plusieurs années, il y a encore de nombreux lecteurs qui ont la version de 2015 branchée à leur TV.

Retrouvez la Nvidia Shield TV sur la Fnac
Code Promo : FNAC10

9 /10 Nvidia Shield TV (2019) La fiche produit Voir le test Disponible à 159 €

Tous les derniers Bons plans

Catégories: Mobile

Apple AirPods 2 : bon prix pour le boitier filaire

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 14:48

Promotion intéressant à quelques jours des fêtes de fin d'année pour les AirPods 2.

Boitier des Apple AirPods 2

Amazon et Rue Du Commerce se sont alignés pour proposer 40 euros de réduction sur les AirPods 2. Attention, il ne s’agit ni des AirPods Pro, ni des AirPods 2 avec boîtier sans-fil. Il s’agit des AirPods 2 avec le boitier à charge filaire (Lightning).

Si vous recherchez ce qui les distingue du modèle de première génération, c’est la puce sans fil Appel H1. Cette puce offre la possibilité de réaliser des commandes vocales mains libres « Dis Siri » et accélère le temps nécessaire pour basculer entre, par exemple, votre iPhone et votre iPad, ou tout ce que vous avez connecté aux écouteurs. Cette puce réduit également la latence audio lorsque vous jouez à des jeux mobiles et apporte un peu plus d’autonomie pour passer vos appels, pour un total de trois heures par charge. Enfin, ces AirPods fonctionnent très bien sur Android.

Aujourd’hui, ces AirPods 2 sont à 139,99 euros chez Cdiscount, on les trouve habituellement à 179 euros.

Retrouvez les AirPods 2 (boîtier filaire) sur Cdiscount

Apple AirPods 2 La fiche produit Disponible à 179 €

Tous les derniers Bons plans

Catégories: Mobile

Free Mobile : 50 Go à moins de 10 €, puis le double après 1 an

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 14:30

Vous souhaitez changer de forfait mobile ? L’offre sans engagement Free mobile propose 50 Go pour 9,99 euros par mois pendant un an, mais il n’y a pas que le prix qui double après. Le prix passe à 19,99 euros par mois, mais avec 100 Go de données 4G.

Alors que la majorité des opérateurs gonfle le prix de leurs forfaits après 6 mois ou 1 an sans changer la formule, Free ne le voit visiblement pas de cet œil-là. Son forfait mobile propose 50 Go pour 9,99 euros par mois pendant un an. Par la suite, et si vous restez abonné, l’enveloppe 4G passe à 100 Go pour 19,99 euros par mois. Quand le prix double, la data aussi.

Le forfait Free mobile en bref
  • Sans engagement
  • Un petit prix la première année
  • (Presque) la seule offre où il n’y a pas que le prix qui double !

Le forfait Free mobile en série limitée 50 Go à 9,99 euros par mois (pendant un an) est disponible jusqu’au 17 décembre 2019.

Retrouvez le forfait Free mobile 50 Go à 9,99 €/mois

Le forfait mobile sans engagement en série limitée chez Free mobile donne accès aux appels illimités vers les fixes et mobiles, ainsi que les SMS/MMS illimités en France Métropolitaine et vers les DOM (hors Mayotte pour les appels). Il comprend une enveloppe 4G déjà conséquente avec 50 Go par mois la première année, puis le double l’année suivante si vous souhaitez conserver le forfait au prix de 19,99 euros.

Depuis l’Europe et les DOM (hors Mayotte), vous avez droit aux mêmes conditions concernant les appels, SMS et MMS illimités (uniquement vers la France), mais vous bénéficiez d’une enveloppe web dédiée de 4 Go sur le réseau 3G (au-delà, le Mo est facturé 0,0054 €).

Le forfait donne également un accès à Youboox One jusqu’au 31/01/2020. Il s’agit d’un service de livres numériques avec plus de 120 000 références. Il vous permet de consulter en illimité des magazines, des livres et même de la BD qu’il est possible de lire sur plusieurs écrans Android, iOS et Web (même hors connexion).

Retrouvez le forfait Free mobile 50 Go à 9,99 €/mois

En plus du prix du forfait, notez d’ailleurs qu’il faut ajouter 10 euros pour recevoir la carte SIM triple découpe. Vérifiez par la même occasion si votre smartphone est compatible avec la B28, une bande 4G utilisée par Free

Notre comparateur des forfaits 4G

Pour comparer avec les autres offres disponibles sur le marché, n’hésitez pas à utiliser notre comparateur de pour trouver le meilleur forfait mobile sans engagement.

Les meilleurs forfaits sans engagement


Prixtel - Le complet Fin de l'offre : 17 décembre

  • Appels illimités
  • SMS/MMS illimités
  • 5 Go

Prix : 4,99 € 9,99 €
Découvrir l'offre Prixtel - Le complet


RED SFR Forfait 4G - 50 Go Fin de l'offre : 16 décembre

  • Appels illimités
  • SMS/MMS illimités
  • 50 Go

Prix : 12 € 15 €
Découvrir l'offre RED SFR Forfait 4G - 50 Go


Série spéciale Free Forfait 4G - 50 Go Fin de l'offre : 17 décembre

  • Appels illimités
  • SMS/MMS illimités
  • 50 Go

Prix : 9,99 € 19,99 €
Découvrir l'offre Série spéciale Free Forfait 4G - 50 Go

Tous les derniers Bons plans

Catégories: Mobile

Jusqu’à combien pouvez-vous économiser avec l’abonnement Fibre le moins cher ?

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 14:02

Combien payez-vous votre abonnement Internet chaque mois ? Avec quels débits et quel engagement ? L'une des meilleures offres Internet fixe du moment est à 22 euros par mois et on vous propose de calculer les économies que vous pourriez réaliser.

Tous les mois, vous payez une certaine somme pour votre forfait Internet. Mais vous êtes vous déjà demandé combien vous revient votre abonnement à l’année ? Et sur deux ans ? Une fois le chiffre sous les yeux, pensez-vous vraiment que la qualité de votre connexion Internet vaut ce coût ? Si vous vous posez ce genre de question, nous avons mis en ligne un outil permettant de calculer les économies que vous pourriez réaliser à l’année.

Comparez votre forfait avec l'offre Fibre et THD de RED by SFR

Par exemple, si vous payez votre abonnement 29,99 euros par mois, vous économisez 180 euros par an avec la Box ADSL RED sans engagement. Et le débit sera probablement meilleur que votre connexion Internet actuelle. Pour certains fournisseurs, le rapport qualité/prix prévaut. C’est le cas de RED by SFR qui dès aujourd’hui applique l’option Débit Plus sur son forfait Fibre et THD sans le moindre surcoût. Ce qui signifie que les nouveaux adhérents bénéficient d’un débit en téléchargement de 1 Gb/s et un débit en envoi de 400 Mb/s, pour un prix fixe de 22 euros par mois. À vie et sans engagement qui plus est.

Comparez pour mieux économiser

Le principal avantage du forfait Fibre et THD de RED by SFR est évidemment son prix. À 22 euros par mois, il s’agit de l’offre la plus avantageuse du marché. D’autant que ce tarif est à vie, et n’évoluera pas au bout d’un an ou deux, contrairement à ce que peut proposer la concurrence.

Ce qui concrètement signifie que vous ne paierez que 246 euros par an pour la Fibre ou le THD RED by SFR, là où un abonnement similaire sur le marché vous revient entre 360 et 840 euros par an. On vous parle d’une économie annuelle comprise entre 32 et 71% tout de même.

 

Le forfait Fibre|THD RED by SFR étant sans engagement, vous avez la possibilité de résilier votre abonnement à tout moment. Puisqu’on parle de résiliation, sachez que RED by SFR se charge de toutes les démarches administratives lorsque vous interrompez votre ancienne souscription. RED by SFR prend également en charge les frais de résiliation de votre précédent opérateur à hauteur de 100 euros.

Un forfait qui va à l’essentiel

Pour rester l’offre la plus compétitive du marché, l’abonnement Fibre et THD RED by SFR ne s’embarrasse pas du superflu et comprend uniquement une box Internet. Si le débit habituel avoisine les 200 Mb/s, en téléchargement et les 50 Mb/s en envoi, RED by SFR a choisi d’inclure de facto l’option “Débit Plus”, sans toucher à la facture, qui permet d’augmenter le débit à 1 Gb/s en téléchargement et 400 Mb/s en upload. Dans les faits, cela vous permet de télécharger un jeu comme Star Wars : Jedi Fallen Order (55 Go) en 6 petites minutes.

Mais ce n’est pas tout puisque le forfait Fibre et THD RED by SFR intègre également les appels illimités vers les fixes en France et vers plus de 100 destinations, telles que l’Allemagne, l’Italie ou la Nouvelle-Zélande. L’option appels illimités vers les mobiles en France métropolitaine et vers les DOM-TOM est également de la partie, toujours sans influence sur le prix de l’abonnement.

Une offre Internet qui se laisse prendre en main

Là où la plupart des offres Internet du marché intègrent par défaut diverses options, avec une incidence non négligeable sur le prix, le forfait Fibre et THD RED by SFR est entièrement modulable. Vous pouvez ainsi bénéficier d’une option TV, avec décodeur inclus, et un bouquet de 35 chaînes (i24 News, TF1+1) pour seulement 2 euros supplémentaires par mois. Même avec cette option activée, vous êtes en face de l’offre Internet la plus intéressante financièrement du marché.

Si 35 chaînes ne vous suffisent pas, vous avez la possibilité de grossir le bouquet jusqu’à 100 chaînes, récupérant ainsi Game One ou Bloomberg TV, pour un total de 4 euros supplémentaires par mois. Si vous ne voulez que le contenu sportif, RED by SFR propose un abonnement RMC Sport à partir de 19 euros par moi, ou BeIn Sports à 14,99 euros par mois. Les consommateurs de contenu en streaming ne sont pas en reste puisqu’ils peuvent inclure à leur forfait Fibre|THD RED by SFR un abonnement Netflix pour 7,99 euros supplémentaires par mois ou OCS pour 12,99 euros par mois.

Nous vous invitons à comparer le coût de votre forfait actuel avec celui de l’offre Fibre et THD RED by SFR puis à tester votre éligibilité en indiquant votre adresse physique ou votre numéro de téléphone fixe sur le site de SFR. Dans le cas où vous ne pourriez souscrire au forfait Fibre et THD, sachez que RED by SFR propose également une offre ADSL sans engagement, facturé 15 euros par mois, à vie. D’autant que pour toute souscription à l’un des deux forfaits, RED by SFR vous offre un mois gratuit.

Comparez votre forfait avec l'offre Fibre|THD RED by SFR

Article sponsorisé par RED by SFR

Cet article a été réalisé en collaboration avec RED by SFR. Il s'agit d'un contenu créé par des rédacteurs indépendants au sein de l'entité Humanoid Content, l'équipe éditoriale de Frandroid n'a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Catégories: Mobile

Xiaomi Redmi 8 vs Samsung Galaxy A10 : lequel est le meilleur smartphone ?

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 14:00

On peut encore trouver de bons smartphones à moins de 150 euros. C'est le cas du Samsung Galaxy A10 ou du Xiaomi Redmi 8. Mais pour savoir lequel de ces deux smartphones vaut le plus le coup, nous les avons comparé point par point. Découvrez le résultat dans ce comparatif.

Il n’y a pas que les smartphones haut de gamme dans la vie. Que ça soit pour les plus petits budgets, pour un cadeau de fêtes de fin d’année ou pour un premier smartphone, un modèle lancé à moins de 200 euros peut parfois faire l’affaire. Et sur cette tranche de prix, deux smartphones s’en sortent plutôt bien : le Samsung Galaxy A10 et le Xiaomi Redmi 8. Mais lequel choisir entre les deux ? Pour le savoir, nous les avons comparés sur plusieurs critères : le design, l’écran, l’autonomie, la photo, les performances et le logiciel.

6 /10 Xiaomi Redmi 8 La fiche produit Voir le test Disponible à 149 € 8 /10 Samsung Galaxy A10 La fiche produit Voir le test Disponible à 128 € Fiches techniques Modèle Xiaomi Redmi 8 Samsung Galaxy A10 Version de l'OS Android 9.0 Android 9.0 Interface constructeur MIUI N/C Taille d'écran 6.22 pouces 6.2 pouces Définition 1520 x 720 pixels 1520 x 720 pixels Densité de pixels 270 ppp 271 ppp Technologie LCD LCD SoC Snapdragon 439 Exynos 7884 Puce Graphique (GPU) Qualcomm Adreno 505 ARM Mali G71 Mémoire vive (RAM) 4 Go 2 Go Mémoire interne (flash) 64 Go 32 Go Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 12 Mpx
Capteur 2 : 2 Mpx
Capteur 1 : 13 Mpx
Appareil photo (frontal) 8 Mpx 5 Mpx Enregistrement vidéo 1080p N/C Wi-Fi Wi-Fi 4 (n) Wi-Fi 4 (n) Bluetooth 5.0 5.0 Réseaux N/C LTE, HSPA, GSM Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7) 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7) NFC Non Non Capteur d'empreintes Oui Non Ports (entrées/sorties) USB Type-C microUSB Batterie 5000 mAh 3400 mAh Dimensions 75.4 x 156.5 x 9.4mm 75.6 x 155.6 x 7.9mm Poids 188 grammes 168 grammes Couleurs N/C Noir, Bleu, Rouge Prix 149€ 128€ Fiche produit Voir le test Fiche produit Voir le test Design : avantage au lecteur d’empreintes

De prime abord, les deux smartphones proposent un design relativement similaire, du moins en façade. Il faut dire que le Redmi 8 de Xiaomi, comme le Galaxy A10 de Samsung, propose un écran de 6,2 pouces en façade — 6,22 plus précisément pour le Redmi 8 — avec des bordures relativement larges notamment sous l’écran et une encoche en forme de goutte d’eau en haut de la dalle. Néanmoins, on retrouve bien quelques différences entre les deux smartphones.

Au dos du Redmi 8, Xiaomi a intégré un revêtement brillant avec de nombreux reflets irisés. C’est là aussi qu’on va retrouver le lecteur d’empreintes digitales et, juste au-dessus, le module photo à double capteur. Le smartphone de Xiaomi peut par ailleurs héberger deux cartes nano-SIM et une carte microSD. Sur la tranche inférieure, on va retrouver une prise audio casque ainsi qu’un port USB-C.

De son côté, le Samsung Galaxy A10 propose une face arrière plus discrète. On n’y retrouve qu’un simple logo Samsung ainsi qu’un discret module photo positionné en haut à gauche. Le smartphone permet bien d’intégrer deux cartes nano-SIM ainsi qu’une carte microSD, mais nulle trace de lecteur d’empreintes digitales : le Galaxy A10 en est dépourvu. Sur la tranche inférieure enfin, si l’on retrouve bien une prise jack, il s’agit cette fois de micro-USB et non pas d’USB-C pour la recharge.

En termes de design, les deux smartphones semblent assez proches. Néanmoins, Xiaomi prend l’avantage grâce à l’intégration d’un lecteur d’empreintes digitales au dos, ainsi que pour la prise USB-C plutôt que le simple micro-USB.

Écran : un affichage plus lumineux chez Samsung

On l’a vu, les deux smartphones proposent une diagonale d’écran assez proche, de 6,2 pouces pour le Samsung Galaxy A10, et 6,22 pouces pour le Xiaomi Redmi 8. La définition est par ailleurs identique pour les deux smartphones, avec 1520×720 pixels, pour une densité de 270 et 271 pixels par pouce. On notera par ailleurs que les deux smartphones sont équipés de dalles LCD.

C’est donc au jeu de la calibration que tout va se jouer. Du côté du Xiaomi Redmi 8, on retrouve une bonne dalle avec un contraste de 1774:1, mais une luminosité maximale de 390 cd/m² assez juste. On déplorera par ailleurs une température des couleurs qui tire trop vers le bleu avec un blanc mesuré à 7900K, bien au-dessus de 6500K recommandés.

De son côté, le Samsung Galaxy A10 offre un écran bien plus lumineux, à 470 cd/m², mais un taux de contraste plus faible, à 1186:1. C’est cependant sa température des couleurs, qui dépasse les 9000K, qui vient le pénaliser. Malheureusement, il n’est pas possible de la compenser grâce aux paramètres d’affichage du smartphone.

Dans l’ensemble, on préférera un écran plus lumineux, qui peut être lisible en plein soleil, à un écran bien calibré. Le point est donc accordé au Samsung Galaxy A10.

Logiciel : égalité, balle au centre

Pour le logiciel, les deux smartphones ont été lancés en embarquant Android 9.0 Pie. Néanmoins, chaque constructeur y a ajouté sa propre interface : One UI chez Samsung et MIUI chez Xiaomi.

Sur le Xiaomi Redmi 8, on retrouve la dernière version de l’interface MIUI, à savoir MIUI 11. Il s’agit là d’une interface avec de nombreuses options de personnalisation comme le thème sombre, la calibration de l’écran ou la navigation par geste. On regrettera néanmoins toujours l’absence de tiroir d’application et le fait qu’il faille fouiller dans les paramètres pour activer les icônes de notifications dans la barre d’état.

De son côté, le Galaxy A10 embarque toujours One UI en version 1.0. Il s’agit là de l’une des interfaces qui nous ont le plus plu cette année grâce à une navigation facilitée à une seule main. On y retrouve également de nombreuses options de personnalisation avec un thème sombre, une navigation gestuelle et de nombreux paramètres. L’interface est par ailleurs très fluide. Néanmoins, on lui reprochera l’impossibilité de modifier le calibrage de l’écran ou l’absence de déverrouillage par empreinte digitale.

Sur ce point, le match est particulièrement serré. Si One UI aurait habituellement eu l’avantage, on regrette ici l’absence de certaines fonctionnalités. Surtout, le Redmi 8 en face profite bien de la toute dernière version de MIUI et on ignore encore si Samsung compte mettre son Galaxy A10 à jour vers One UI 2.0. On concédera donc le match nul.

Performances : un Samsung Galaxy A10 plus fluide

On a ici affaire à deux smartphones d’entrée de gamme et ça se ressent dans les puces utilisées. Sur le Galaxy A10, on a droit à un SoC Exynos 7884. Il s’agit d’une puce huit cœurs cadencée à 1,6 GHz, adossée à 2 Go de RAM.

De son côté, le Xiaomi Redmi 8 propose lui aussi une puce huit cœurs, le Snapdragon 439, cadencé à 2 GHz, avec 3 ou 4 Go de RAM selon les versions. Dans les deux cas, les smartphones sont à la peine quand il s’agit de gérer plusieurs applications en même temps ou de naviguer, même si le Galaxy A10 s’en sort un peu mieux grâce à son interface plus fluide. Dans les deux cas, ne comptez pas jouer avec les paramètres au maximum à Call of Duty Mobile ou à Fortnite. Néanmoins, les deux modèles peuvent faire tourner tranquillement PUBG Mobile avec des paramètres moyens.

Les deux smartphone font quasiment jeu égal en termes de performances. On préférera néanmoins le Galaxy A10 qui a moins tendance à chauffer et qui propose une navigation un peu plus fluide. Surtout, on regrettera que Xiaomi soit passé d’un Snapdragon série 600 sur son précédent Redmi 7 à un modèle de la série 400 sur son Redmi 8.

Photo : une meilleure gestion de la lumière chez Samsung

Au dos, les deux smartphones sont équipés d’un unique appareil photo. Si l’on retrouve bien un deuxième capteur de 2 mégapixels sur le Redmi 8, celui-ci ne sert en fait qu’au mode portrait. Ainsi, sur le Samsung Galaxy A10, on va trouver un capteur de 13 mégapixels au dos, et un capteur de 5 mégapixels en façade pour les selfies. Et dans l’ensemble, les clichés sont de bonne qualité, particulièrement pour cette gamme de prix. Certes, il va parfois manquer de piqué, mais on a une bonne gestion des couleurs et même de bons résultats de nuit avec des photos qui restent exploitables y compris en basse lumière.

De son côté, le Xiaomi Redmi 8 intègre un capteur principal de 12 mégapixels au dos avec un unique objectif grand-angle équivalent 27 mm. En façade, on va retrouver un capteur de 8 mégapixels pour les selfies. On déplorera néanmoins une qualité photo bien moindre que sur le smartphone de Samsung, notamment pour les scènes avec une haute plage dynamique. En basse lumière, on regrettera également un bruit numérique trop présent et des clichés bien trop flous au moindre mouvement.

Dans l’ensemble, c’est donc le Galaxy A10 qui l’emporte pour la partie photo, notamment grâce à sa meilleure gestion des basses lumières et sa capacité à proposer des photos exploitables même avec une très haute plage dynamique.

Batterie : qui dit grosse batterie dit grosse autonomie

Pour la batterie, les deux smartphones ne jouent pas du tout dans la même catégorie. Il faut dire que le Xiaomi Redmi 8 est équipé d’un accumulateur de 5000 mAh, quand le Samsung Galaxy A10 ne propose qu’un bloc de 3400 mAh.

Logiquement, l’autonomie s’en ressent avec un Redmi 8 qui tient confortablement pendant deux jours, là où l’appareil de Samsung ne va tenir qu’une journée et demie ou deux. Surtout, sur notre test d’autonomie personnalisé ViSer, le Xiaomi Redmi 8 a pu tenir pendant 15h avant de tomber à 10% de batterie, quand le Samsung Galaxy A10 n’a tenu que pendant 12h36. Xiaomi enfonce le clou avec la recharge puisque le smartphone est fourni avec un chargeur 10W tandis que celui de Samsung ne propose que du 5W. Dans les deux cas, il faudra cependant patienter un peu plus de 2 heures pour une charge complète.

Dans l’ensemble, même si le Samsung Galaxy A10 s’en tire plutôt bien pour l’autonomie, difficile pour lui de battre le Xiaomi Redmi 8 tant il s’avère autonome. Le point va donc au Xiaomi Redmi 8.

Conclusion : lequel est le meilleur smartphone ?

Après ces six manches, on en arrive donc à une égalité pour le logiciel, deux points pour le Xiaomi Redmi 8 et trois points en faveur du Samsung Galaxy A10. Bien que le smartphone de Xiaomi s’en sorte mieux pour son autonomie et pour son design, c’est donc le Samsung Galaxy A10 qui remporte la partie grâce à un appareil photo mieux maîtrisé, une meilleure gestion des performances et un écran plus lumineux.

Si vous hésitez encore entre l’un et l’autre, n’hésitez pas à vous tourner vers les tests complets :

Prix et disponibilité

Le Xiaomi Redmi 8 a été lancé en France cet automne au prix de 170 euros pour la version 3/32 Go et à 180 euros en configuration 4/64 Go. On le trouve désormais à moins de 150 euros.

Où acheter le
Xiaomi Redmi 8 au meilleur prix ? Voir plus d'offres

De son côté, le Samsung Galaxy A10 a été lancé au premier semestre au prix de 159 euros pour 2 Go de RAM et 32 Go de stockage. Il peut désormais être acheté à moins de 130 euros.

Où acheter le
Samsung Galaxy A10 au meilleur prix ? Voir plus d'offres

Encore plus de Comparatif

Catégories: Mobile

Philips Hue : le guide pour bien débuter, de l’installation à un usage avancé des ampoules connectées

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 12:32

Vous avez envie d'équiper votre maison avec un éclairage intelligent ? Philips propose avec Hue la plus grande gamme d'ampoules connectées. Comment choisir ses ampoules connectées et comment bien débuter ? Retrouvez les meilleurs kit de démarrage Philips Hue et nos astuces.

Les Philips Hue sont les ampoules connectées les plus populaires sur le marché, surtout depuis l’arrivée des assistants connectés Google Assistant, Amazon Alexa et Apple Siri. La gamme est très complète et propose des produits compatibles avec de nombreuses installations existantes. Pas besoin de refaire son installation électrique pour profiter de la gamme Hue, retrouvez nos conseils et notre sélection de packs de démarrage Philips Hue.

Pour aller plus loin
Quelle ampoule connectée choisir pour illuminer votre hiver ?

Qu’est-ce que Philips Hue ?

L’éclairage intelligent peut être étonnamment utile et faire des choses très cool : éteindre automatiquement vos lumières quand vous quittez la maison, allumez quand vous rentrez à la maison, allumez des lumières plus chaudes en fin de journée ou plus blanches pour améliorer sa concentration, ou encore un programmer un flash pour vous avertir de certains événements ou de nouvelles informations, lorsqu’un ami approche ou vous appelle. Personnellement, j’ai quelques scénarios pré-configurés en fonction de mes invités et de l’ambiance que je veux donner à mon intérieur. Vous pouvez également désormais lier cet éclairage à votre PC ou votre TV pour rendre plus immersifs vos parties de jeux vidéo ou vos séances de cinéma. Enfin, il existe différences ambiances pour vous aider à vous calmer ou vous concentrer, en fonction de vos besoins.

Comparé à tous les autres systèmes d’éclairage, Philips Hue est un délice. De la configuration initiale à l’ajout de nouvelles ampoules, en passant par le fait de dire à vos lumières ce qu’il faut faire jour après jour, l’utilisation de Hue est un processus simple et fluide. Et quand un problème occasionnel apparaît, il est généralement assez facile à résoudre. Enfin, Philips Hue possède un écosystème très complet de produits, de services et d’apps, ainsi qu’une compatibilité avec de nombreux assistants.

Comment installer les Philips Hue ?

L’installation est simple : vous devez installer un pont (Hue Bridge), le configurer avec votre téléphone, puis synchroniser chaque ampoule avec le pont avant de les utiliser. N’oubliez pas de télécharger l’application Android ou iOS. Le pont de connexion coûte environ 50 euros, mais il est souvent intégré dans des packs de démarrage. D’ailleurs, un seul pont peut gérer des dizaines d’ampoules différentes que vous pourrez regrouper par pièce ou par étage. Cet appareil, véritable cœur du système Hue, est ainsi capable de gérer jusqu’à 50 ampoules ou luminaires de la gamme (Hue Striplight, Hue Play…).

Le pont de connexion Philips Hue

Notez que Philips propose plusieurs kits de démarrage différents : un avec des lumières blanches ordinaires, un avec des lumières colorées et un autre avec des lumières blanches pouvant basculer entre des tons plus froids et plus chauds. Vérifiez également le type de culots de vos ampoules : les E14 et E27 sont tous deux des culots à visser. Pour les nombres 14 ou 27, il s’agit simplement de diamètre du culot 14 mm pour une ampoule E14 et E27 mm pour une ampoule led E27.

Les assistants connectés

Le gros avantage de la gamme Philips Hue est d’être compatible avec la majorité des assistants connectés et services domotiques existants, comme Homekit, Amazon Alexa ou encore Google Assistant. L’acquisition d’une enceinte connectée en même temps qu’une installation Hue fait sens et permettra de contrôler facilement l’éclairage à la voix.

Pour aller plus loin
Quelles sont les meilleures enceintes connectées en 2019 ?

Vous ne savez pas par où commencer ? Rendez-vous sur notre guide des meilleures enceintes connectées.

Philips Hue via Bluetooth, sans pont de connexion

Depuis 2019, plusieurs modèles d’ampoules connectées Philips Hue ne sont plus uniquement compatibles ZigBee, mais aussi Bluetooth. Cela vous permet tout simplement de ne pas avoir besoin de point de connexion.

L’ajout de Bluetooth aux ampoules présente de gros avantages et seulement quelques inconvénients. Le principal avantage est que n’importe qui qui possède un smartphone sera en mesure de visser l’une de ces ampoules et de la contrôler directement depuis son téléphone. Pratique.

 

L’inconvénient d’utiliser les ampoules de cette façon est que Bluetooth a une portée de connexion beaucoup plus courte que le système sans fil des ampoules Hue traditionnelles – le réseau Zigbee – et elles ne seront pas connectés à distance à Internet. Cela signifie que vous ne pourrez les contrôler que lorsque votre téléphone sera à portée des ampoules, soit à environ 20 mètres de distance. Si vous oubliez d’éteindre une lumière, vous ne pourrez pas aller dans l’application et l’éteindre… sauf si vous êtes à côté. Heureusement, ces ampoules Hue continuent à inclure Zigbee. Ainsi, vous pouvez acheter ces ampoules Bluetooth, et les connecter à un pont plus tard.

Notez que ces ampoules Bluetooth nécessitent une application dédiée.

Philips Hue Bluetooth

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Les différents packs et produits Philips Hue Le pont de connexion avec ampoules White & Color

La gamme White and Color propose un panel de plus de 16 millions de couleurs différentes pour une personnalisation unique de votre ambiance d’intérieur. Avec le pont de connexion fourni avec, vous pouvez aisément contrôler l’intensité et la couleur des ampoules directement via votre smartphone, votre tablette ou encore votre enceinte connectée (Google Assistant, Amazon Alexa ou Siri). C’est le meilleur pack pour commencer et celui que nous vous recommandons. Le pack inclut deux ampoules White & Color qui suffiront à éclairer une pièce de vie, comme un salon, ou un studio. Il inclut également un pont qui permet de contrôler les ampoules sans fil grâce au protocole ZigBee.

Le pack pont de connexion et 2 ampoules White & Color est généralement vendu aux alentours de 100 euros.

Retrouvez le pack Hue sur Amazon avec 2 ampoules (E27)

Retrouvez le pack Hue sur Amazon avec 2 ampoules (E14)

Philips propose également un pack plus complet avec 3 ampoules White & Color, ainsi que le pont et une télécommande. C’est un pack plus intéressant si vous souhaitez investir pour connecter plusieurs pièces d’un seul coup.

Retrouvez le pack Hue sur Amazon avec 3 ampoules (E27)

Enfin, si vous possédez déjà un pont ou pour compléter votre achat, vous pouvez opter pour le pack avec la télécommande nomade pour contrôler vos ampoules. Les 2 ampoules connectées White & Color avec la télécommande sont approximativement au même prix que le pack avec le pont de connexion.

Retrouvez le pack Hue sur Amazon avec 2 ampoules (E27)

Retrouvez le pack Hue sur Amazon avec 2 ampoules (E14)

Le Philips Hue Go avec un pont de connexion

Cette lampe à ambiance est livrée avec une télécommande pour gérer l’intensité et les couleurs à distance. Cependant, elle se contrôle également depuis votre smartphone, tablette ou ordinateur, ainsi que via Google Assistant et Amazon Alexa grâce au module pont fourni avec.

Évidemment, cette lampe est plus qu’une simple ampoule connectée, mais pourra servir à transformer très simplement l’ambiance d’une pièce avec un éclairage différent et variable.

Ce pack de démarrage est habituellement proposé à moins de 80 euros.

Retrouvez le kit de démarrage Hue Go avec le pont de connexion

Un ruban lumineux Lightstrip White And Color avec un pont de connexion

Le ruban lumineux Lightstrip White And Color est le produit idéal pour personnaliser votre intérieur. Il peut prendre différentes formes pour entourer vos photos sur un mur ou faire des slaloms autour de certains objets grâce à sa longueur de 2 mètres. Vous pouvez modeler et découper la bande selon la forme souhaitée, ainsi qu’utiliser le ruban adhésif à l’arrière pour l’attacher à une surface solide.

Le pack du ruban lumineux Lightstrip White And Color avec le pont de connexion est généralement vendu à moins de 80 euros.

Retrouvez l'offre sur Amazon avec des ampoules (E27)

Le ruban existe également seul, si vous avez déjà un pont de connexion, avec le Lightstrip Plus de 2 mètres et une extension de 1 mètre en plus.

Retrouvez le ruban (3 mètres au total) sur Amazon

Le style Edison et Filament

En 2019, Philips a présenté sa gamme Filament, qui reprend les styles des ampoules Edison pour correspondre aux intérieurs à l’ancienne.

Avec sa nouvelle gamme Filament Collection, Philips Hue fait revenir le style Edison et ses larges bobines dans la tech. Ainsi, ces ampoules qu’un bar ancien ne renierait pas peuvent se connecter à tout l’écosystème Hue et être utilisées comme n’importe quelle autre ampoule du constructeur, ajoutant plus de charisme à l’ensemble.

Philips Hue Play

La collection Hue Play se compose de différents produits, mais le produit connu est la barres de lumière Hue Play.

C’est un peu plus qu’une simple barre lumineuse. Liée à l’application Philips Hue ou au logiciel Hue Sync (Windows 10 t macOS), la LED réagit en fonction des couleurs et du son qu’elle détecte sur votre ordinateur, pour vous proposer une ambiance sur mesure.

La barre Hue Play est disponible en blanc ou en noir, on peut également la trouve vendu en pack par deux. Il y a également un pack avec deux barres lumineuses et un point de connexion.

La dernière nouveauté du système d’éclairage intelligent Philips Hue est une petite boîte noire qui synchronise vos ampoules connectées avec ce qui se passe sur votre TV. Les jeux, les films, les médias ou tout ce que vous regardez peuvent passer à travers la boîte, qui ajustera perpétuellement la couleur et la luminosité de vos lumières pour créer une expérience plus immersive. C’est une sorte de technologie Ambilight pour toutes les ampoules.

L’appareil, appelé Hue Play HDMI Sync Box, se place entre votre TV et tous les gadgets que vous y branchez, comme un lecteur Blu-ray, une console de jeux ou une boîte de streaming. Toutes ces connexions HDMI passent ensuite par le Hue Play, qui transmet le signal vidéo sur votre téléviseur tout en analysant la couleur pour envoyer les bonnes donnés à vos lumières. Signify, qui a conçu le système Hue, promet aucun problème de latence, même pour les jeux.

Ce boitier est prévu pour 2020, il n’est pas encore possible de la pré-commander.

Les différents produits Philips Hue : plafonnier, suspension, éclairage au sol…

Il existe de très nombreux produits Philips Hue, c’est ce qui fait la richesse de cet écosystème.

Parmi ces produits, nous en avons sélectionné quelques uns :

Pour compléter votre installation : les ampoules Hue

Si vous possédez déjà un pack de démarrage (avec un pont, obligatoire), vous pouvez compléter votre installation pour connecter l’éclairage de vos différentes pièces. Deux types d’ampoules existent : White & Color qui vous permettra d’afficher de nombreuses couleurs et White Ambiance qui n’affiche que des nuances de blanc.

Retrouvez l'ampoule (E27) Philips Hue White & Color

Retrouvez l'ampoule (E27) Philips Hue White Ambiance

Retrouvez l'ampoule (E14) Philips Hue White & Color

Retrouvez l'ampoule (E14) Philips Hue White Ambiance

Les accessoires Philips Hue Le détecteur de mouvement Motion Sensor et la télécommande nomade variateur

En plus du pont de connexion souvent vendu en pack avec les ampoules, vous pouvez choisir la télécommande Philips Hue pour un réglage plus manuel, mais aussi un détecteur de mouvement (ou Motion Sensor) qui permet d’allumer vos ampoules automatiquement lorsque vous êtes détectés dans une pièce de votre maison.

Le détecteur de mouvement Motion Sensor et la télécommande nomade sont souvent à moins de 50 euros.

Retrouvez l'offre sur Amazon

Quelles sont les meilleures enceintes connectées en 2019 ?

Foire aux questions Comment fonctionne l’éclairage Philips Hue ?

Philips Hue est tout un écosystème d’éclairage connecté. Ces ampoules sont conçues pour fonctionner avec un pont (Hue Bridge) qui fait la liaison avec le réseau internet. Cela vous permet de contrôler à distance ces éclairages, depuis votre smartphone par exemple. Vous pouvez contrôler l’éclairage de toute votre maison à distance, mais vous pouvez également le contrôler par pièce pour créer des ambiances lumineuses.

Le pont Hue Bridge font la liaison entre le réseau ZigBee utilisé par les ampoules, un protocole de communication sans fil, et votre réseau local classique. Il existe néanmoins depuis peu des modèles Bluetooth qui permettent à ces ampoules de se passer du pont de connexion.

A quoi sert Philips Hue ?

Philips Hue est un éclairage connecté dit intelligent : c’est un éclairage connecté à votre réseau, il peut donc être contrôlé à distance depuis votre smartphone par exemple.

Pour la domotique, vous pouvez créer des scénarios programmés. Comme le fait d’allumer automatiquement une ampoule pendant votre absence, et activer les lumières de votre salon quand vous rentrez seulement s’il fait nuit dehors. Vous pouvez également vous en servir pour créer des ambiances lumineuses, ou pour synchroniser ces ampoules avec vos séances de cinéma, de la musique ou des jeux vidéo.

Comment connecter Philips Hue ?

La connexion des ampoules Philips Hue se fait via un pont de connexion, Hue Bridge, mais aussi via l’application Philipe Hue disponible sur Android et iOS.

Notez qu’il existe également des modèles d’ampoules compatibles Bluetooth, vous aurez besoin de l’application pour les configurer et les contrôler.

Philips Hue est-il compatible avec Amazon Alexa, Google Assistant et Apple Siri ?

L’avantage de la gamme Philips Hue est d’être compatibles avec la majorité des assistants connectés et services domotiques existants, comme Homekit (Apple Siri), Amazon Alexa ou encore Google Assistant. L’acquisition d’une enceinte connectée en même temps qu’une installation Hue fait sens et permettra de contrôler facilement l’éclairage à la voix.

Vous ne savez pas par où commencer ? Rendez-vous sur notre guide des meilleures enceintes connectées.

Catégories: Mobile

3 actualités qui ont marqué la semaine : Fortnite et le Play Store, batterie du Huawei P40 et SoC du Galaxy S11

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 12:00

Cette semaine a été marqué par plusieurs événements. Nous avons appris que Fortnite avait retenté une percée sur le Play Store, quand deux smartphones très attendus de 2020, les Galaxy S11 et Huawei P40, ont donné leurs premiers signes de vie.

Fortnite sur le Play Store : Epic Games a tenté… ça a mal tourné

Plus d’un an après la sortie de Fortnite sur Android, Epic Games a souhaité proposer son jeu phare sur le Play Store… en conservant l’intégralité des revenus des achats intégrés. Une condition qui a entraîné un refus sec de la part de Google.

Samsung Galaxy S11 : l’Europe grande perdante au jeu des SoC

Comme d’habitude, les Samsung Galaxy S11 devraient être déclinés en deux variantes en fonction des régions. Cette année, seule l’Europe risque cependant d’être lésée.

Le Huawei P40 Pro peut-il révolutionner l’autonomie sur smartphone ?

Le futur Huawei P40 Pro pourrait embarquer une batterie au graphène selon les dernières rumeurs. Un changement qui apporterait une nette amélioration à l’autonomie sur les smartphones, mais est-ce crédible ?

Notez également que Microsoft a commencé à dévoiler sa nouvelle console, la Xbox Series X, cette semaine. Vous pouvez retrouver toutes les informations importantes sur celle-ci dans notre dossier dédié.

Xbox Series X : puissance, design, jeux, prix, sortie… tout ce que l’on sait sur la console next gen

Catégories: Mobile

Baisse de prix pour le ruban lumineux Philips Hue pour l’intérieur ou l’extérieur

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 11:07

Pour l'extérieur ou l'intérieur, voici le ruban lumineux Philips Hue en promotion actuellement.

Ceux qui ont équipé leur maison de l’éclairage connecté Philips Hue ont attendu depuis une gamme résistante aux intempéries pour l’extérieur. L’année dernière, la gamme Hue s’est étoffée avec une nouvelle collection d’éclairage pour l’extérieur, avec un ruban lumineux LED extérieure, simplement nommée Lightstrip Outdoor.

Le ruban en promotion est celui qui fait 2 mètres de longueur, il peut prendre 16 millions de couleurs différentes avec plusieurs ambiances via l’app Philips Hue. Toute l’année, il sert à illuminer ce que vous souhaitez dans un éclairage blanc ou jaune, mais vous pouvez vous en servir pour vos soirées, ou pendant les fêtes de fin d’année avec un éclairage spécial. Notez que ça fonctionne très bien en intérieur également, vous pouvez d’ailleurs vous en servir dans les pièces à eau (salle de bain par exemple).

N’hésitez pas à lire notre dossier : comment bien débuter et quelle ampoule connectée choisir dans la collection Philips Hue.

Ce produit est donc en promo actuellement, comptez un peu de moins de 61 euros au lieu de 80,78 euros sur Amazon.

Retrouvez le Philips Hue White & Color Ambiance Outdoor Lightstrip

Philips Hue : comment bien débuter et quelle ampoule connectée choisir ?

Tous les derniers Bons plans

Catégories: Mobile

Noël approche, retrouvez nos guides d’achat et nos idées cadeaux tech

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 10:30

Nous avons publié depuis le début du mois de décembre plusieurs guides d'idées cadeaux, et bien évidemment nos guides d'achat sont toujours mis à jour pour vous aidez à faire votre choix. Retrouvez ici nos guides qui pourront vous aider à trouver le bon cadeau.

Kevin Dooley sur Flickr / CC BY 2.0

Noël est dans 15 jours, si vous n’avez pas encore fait vos achats, il est encore temps. La plupart des e-commerçants, dont bien évidemment Amazon et la Fnac sont encore en mesure de vous livrer avant les festivités. Si vous n’avez pas encore fait vos emplettes vous pourrez retrouver ici nos guides d’achat, qui, on le pense, pourront vous aider à faire un chouette cadeau pour noël.

Les idées cadeaux

Retrouvez ici nos suggestions de cadeaux pour tous les budgets.

Les guides smartphones

Du moins cher au plus cher, si vous cherchez un smartphone, c’est ici que vous trouverez les meilleurs.

Les guides accessoires

Smartwatch, bracelet connectés, batteries, tout ce qui gravite autour d’un smartphone.

Les guides audio

« Music makes the people come together // Music makes the bourgeoisie and the rebel »

Les autres guides

Console, ampoules connectées ou encore liseuses font de très bons cadeaux de Noël.

 

Catégories: Mobile

Comment Google Maps sait ce que vous faites sans montrer qui vous êtes

FrAndroid - dim, 15/12/2019 - 10:00

Google Maps collecte plusieurs données sur ses utilisateurs afin de les utiliser sur son application. Comment l'application peut-elle alors garantir que la vie privée des individus n'est pas compromise ? Grâce à la confidentialité différentielle qui ajoute du « bruit » dans les informations recueillies. Voici comment ça fonctionne.

Certes, pendant les grèves RATP et SNCF, Google Maps ne s’est pas révélée être la meilleure application de navigation pour arriver en temps et en heure à bon port. Cependant, si l’on omet cette petite erreur de parcours, le célèbre service de cartographie regorge de fonctionnalités devenues quasi indispensables pour bon nombre d’utilisateurs.

Par exemple, Google Maps est capable de vous indiquer la popularité d’un plat dans le menu d’un restaurant ou à quel point un lieu (musée, cinéma, salle de sport…) est fréquenté à telle ou telle heure. Or, pour faire cela, Google a besoin de vos données, mais le géant américain veut aussi rassurer les personnes qui se servent de sa plateforme en garantissant que leurs informations personnelles ne sont pas divulguées. C’est ici qu’intervient un concept important : la confidentialité différentielle.

Sur Google Maps, la collecte des données sur l’affluence d’un lieu ou sur les repas populaires d’un restaurant fait appel à la confidentialité différentielle.

Nous avons eu l’occasion d’en discuter avec Damien Desfontaines, à la fois ingénieur spécialisé dans la protection de la vie privée chez Google en Suisse et doctorant à l’école polytechnique fédérale de Zurich. L’idée de la confidentialité différentielle consiste à rendre publiques des données sans révéler d’informations sur les individus concernés.

Du bruit dans vos données

Le concept paraît simple ainsi, mais sa mise en application dans des cas concrets est plus complexe qu’il n’y paraît. C’est pourtant ce mécanisme qui vous permet de profiter d’une application Google Maps très complète et précise sans avoir peur qu’un tiers ne puisse deviner quel restaurant vous avez fréquenté ou à quelle heure vous êtes allé boire une bière dans ce bar du centre-ville.

Pour le phraser autrement — et pour reprendre les termes de Damien Desfontaines –, la confidentialité différentielle empêche de déduire les données d’entrée à partir des données de sortie. Sur Google Maps :

  • données d’entrée = identité des utilisateurs ayant fréquenté tel lieu à telle heure
  • donnée de sortie = graphique indiquant l’affluence dudit lieu à ladite heure

Pour y arriver, la confidentialité différentielle a pour principe d’ajouter du « bruit » aux données publiées sur Google Maps de manière à faire en sorte que si on les compare aux données exploitées par Google, on ne puisse pas y trouver la moindre concordance qui permettrait d’identifier quelqu’un.

Mais ça veut dire quoi « ajouter du bruit » ? Cela consiste à ajouter une petite dose d’aléatoire dans les données de sortie. Imaginons par exemple que Google Maps indique qu’il y a 100 personnes à la salle d’escalade entre 12h et 13h, puis qu’il y a 101 personnes l’heure suivante. Un pirate pourrait, d’une manière ou d’une autre, comparer ces deux groupes de données et isoler la personne supplémentaire afin de découvrir son identité.

Or, grâce au bruit généré par la confidentialité différentielle, cela lui devient impossible. Google Maps va en effet indiquer par exemple qu’il y avait 99 personnes la première heure, puis 103 pendant la seconde plage horaire.

Trouver le bon compromis entre précision et confidentialité

À la fin, même si les données sont moins précises, moins exactes qu’elles pourraient potentiellement l’être, vous avez quand même l’information qui vous intéresse : la salle d’escalade est bondée. Dans le même temps, le hacker ne peut jamais isoler l’identité d’une personne en particulier, tout simplement parce que les données affichées ne changent pas en fonction de cette personne en particulier.

Les données livrées par Google Maps sont donc volontairement un peu floues dans le but de protéger mieux la vie privée. À ce propos, Damien Desfontaines explique que le bruit ajouté dépend forcément de la quantité de données traitées et qu’il faut toujours trouver le bon compromis entre précision et confidentialité.

En d’autres termes, les données sur l’affluence d’un lieu que vous voyez sur Google Maps ne retranscrivent pas le nombre exact de personnes qui y ont été, mais donnent plutôt une tendance assez proche de la réalité pour que vous y trouviez votre compte et assez floue pour que la vie privée de tout le monde soit préservée.

Pourquoi c’est mieux ?

D’aucuns pourraient penser que l’anonymisation des données n’est pas une affaire complexe et peuvent ainsi se poser une question tout à fait légitime : pourquoi se donner autant de mal ? Après tout, lorsqu’on s’intéresse à cette problématique, le premier réflexe est sans doute de penser qu’il suffit d’ôter de la base de données tous les éléments identifiant un utilisateur (nom, prénom, âge…). Or, « il est dangereux de croire que c’est suffisant », rétorque Damien Desfontaines.

Il faut en effet comprendre qu’avec une méthode aussi simpliste, il sera toujours relativement facile pour un hacker mal intentionné de déanonymisé une potentielle cible. Netflix nous offre un exemple assez parlant.

En 2006, l’entreprise publie plus 100 millions de notes attribuées par 500 000 abonnés. Netflix propose alors un prix aux développeurs capables, à partir de ces données, d’améliorer le système de recommandation de DVD mis en place par la firme qui créera l’année suivante la célèbre plateforme de SVoD. Cette base de données avait évidemment été débarrassée des noms et informations personnelles des utilisateurs.

Il est dangereux de croire que c’est suffisant

Cependant, malgré cet effort, deux chercheurs, Arvind Narayanan et Vitaly Shmatikov, ont pu identifier un grand nombre de clients Netflix. Ils ont en effet comparé la base de données de l’entreprise avec celle très fournie du site IMDb (Internet Movie Database).

La manière dont un profil attribue des notes à différents films est assez unique, surtout quand il ne s’agit pas d’un des cent longs-métrages les plus populaires. En retrouvant des correspondances entre les notes attribuées entre un profil anonymisé sur Netflix avec celles attribuées par un profil non anonymisé sur IMDb, les deux chercheurs ont assez facilement découvert l’identité des personnes.

L’effort de Netflix n’était donc pas suffisant. Damien Desfontaines cite aussi d’autres exemples où cette manière d’opérer a prouvé ses failles. Les conséquences peuvent être très graves comme cette fois où l’on a découvert que les données médicales des patients d’hôpitaux dans l’État de Washington aux États-Unis pouvaient être déduites à partir d’articles parus dans la presse.

Malgré l’anonymisation des bases de données des hôpitaux, il était possible de découvrir l’identité d’un patient grâce à un article de presse (crédits image : Technology Science, Dr. Latanya Sweeney).

Damien Desfontaines explique aussi qu’il est possible de tout simplement agréger. C’est-à-dire créer des groupes de personnes réunies par un point commun. On dévoile ainsi une seule information privée tout en protégeant toutes les autres qui permettraient d’identifier un individu. Par exemple, à la salle d’escalade à 12h, on pourrait dire qu’il y a trente Français, douze Belges, cinq Allemands… sans jamais dévoiler qui compose ces groupes.

Le doctorant explique que c’est un bon début, mais que la solution n’est pas parfaite. En effet, si la base de données indique qu’à 13h, il y a six Allemands, il est possible de déduire que le nouvel arrivant est allemand. Ce dernier devient donc plus identifiable et plus exposé.

Damien Desfontaines explique ainsi que, dans certains cas, si on agrège 100 comptes différents, il suffirait pour un hacker de créer 99 faux comptes afin d’isoler sa victime et savoir exactement quelles sont les données qui lui correspondent.

L’agrégation est donc une solution intéressante, mais qui comporte une faille. Même si celle-ci est difficilement exploitable, il s’agit d’une faiblesse.

Les défis de la confidentialité différentielle

À l’inverse, la confidentialité différentielle appliquée sur Google Maps, entre autres, offre « des garanties formelles » sur la protection de l’identité des personnes, « même avec une base de données auxiliaire », défend Damien Desfontaines. Le chercheur reconnait cela dit que la mise en pratique n’est pas évidente.

Déjà, lorsqu’on applique la confidentialité différentielle dans une collecte de données, beaucoup de choses peuvent mal se passer à cause de mauvaises implémentations et de toutes les subtilités qu’il faut prendre en compte. Il est absolument nécessaire d’utiliser un code robuste.

Aussi, la confidentialité différentielle fait l’objet de plusieurs recherches scientifiques. Grâce à cela, le principe est toujours mieux compris et maîtrisé. Néanmoins, comme le note Damien Desfontaines, beaucoup d’éléments appliqués à la recherche se révèlent tout simplement faux dans la pratique.

« La motivation intrinsèque de la recherche n’est pas forcément de répondre à un cas concret », explique le responsable de Google. Enfin, Damien Desfontaines explique que le nombre de chercheurs dans ce domaine est encore relativement faible, les avancées en la matière ne peuvent donc naturellement pas avoir lieu à vitesse grand V.

Faire adopter la confidentialité différentielle

Damien Desfontaines explique que Google propose en open source un code « testé et robuste » pour faire en sorte que la confidentialité différentielle soit adoptée sur davantage de plateformes. La firme de Mountain View compte également communiquer davantage sur la question pour sensibiliser le public. Un article sur le blog officiel a d’ailleurs déjà été publié.

On l’a vu, le principe est appliqué sur Google Maps, mais Apple en fait de même pour les données récoltées sur ses claviers iOS et macOS, tandis que des modèles de machine learning exploitent également la technique. Fait marquant : le recensement américain en 2020 va aussi faire appel à la confidentialité différentielle pour protéger la vie privée des citoyens.

Damien Desfontaines (à droite) aux côtés de Mihaela Ion, développeuse au sein de l’équipe Private Join & Compute chez Google.

Notons aussi une autre initiative que Google a voulu mettre en lumière : Private Join & Compute. Il s’agit là d’un protocole qui trouve ses origines il y a 40 ans et qui est utilisé lorsque deux entités ou plus souhaitent calculer des statistiques à partir de données communes sans partager d’informations avec les autres parties.

Pour ne pas confondre les deux principes, retenez que la confidentialité différentielle est utilisée lorsqu’une partie souhaite publier des données sans révéler d’informations sur des personnes et que le principe a commencé à voir le jour il y a 13 ans.

Dans le cadre de Private Join & Compute, Google a, là aussi, mis son code en open source dans l’espoir de faire progresser les choses. Enfin, pour aller plus loin, nous vous invitons à lire l’excellent dossier de nos collègues de Numerama, qui ont également participé à la conversation avec Damien Desfontaines.

Catégories: Mobile

Samsung Galaxy Note 10 Plus : belle promotion sur la version 256 Go

FrAndroid - sam, 14/12/2019 - 22:33

Si vous attendiez une baisse de prix pour passer à l’achat, c’est aujourd’hui le bon moment. Le Samsung Galaxy Note 10 Plus est actuellement affiché à 799 euros sur Cdiscount, contre 1099 euros à son lancement.

Après le Galaxy Note 10 classique, le Note 10+ est en promo. Par le biais d’une vente flash, la version 256 Go est aujourd’hui disponible à 799 euros au lieu de 1099 euros. Une très belle offre pour un produit vendu et expédié par Cdiscount avec une garantie de 2 ans.

Retrouvez le Samsung Galaxy Note 10 à 799 € sur Cdiscount

Le Galaxy Note 10+ intègre un écran Dynamic AMOLED de 6,8 pouces avec des bordures fines, une bulle discrète vient se placer au centre pour dissimuler la caméra frontale (10 mégapixels). Comme sur les S10, le capteur d’empreintes (ultrasonique) se loge dorénavant sous la dalle et le module photo à l’arrière est de 12 + 12 + 16 mégapixels.

9 /10 Samsung Galaxy Note 10 Plus La fiche produit Voir le test Disponible à 939 €

Il promet par ailleurs d’être le plus puissant des smartphones coréens en intégrant le nouveau Exynos 9825 épaulé par 12 Go de mémoire vive. N’hésitez pas à lire le test du Note 10+ avant de craquer.

Si vous souhaitez découvrir les autres références du constructeur coréen, nous vous invitons à consulter notre guide d’achat des meilleurs smartphones Samsung en 2019.

Tous les derniers Bons plans

Catégories: Mobile

Le design de la Xbox Series X vous plaît-il ? – sondage de la semaine

FrAndroid - sam, 14/12/2019 - 18:00

L'événement de la semaine ne fut autre que l'officialisation du design et du nom de la prochaine Xbox : la Series X. Son design toutefois n'a pas forcément conquis les foules. Faites-vous partie des convaincus ou des déçus ? Répondez à notre sondage.

2020 sera l’année de la guerre des consoles. Sony a déjà commencé à présenter sa PlayStation 5, quand Microsoft parlait jusque là d’une certaine Project Scarlett.

Lors des Game Awards 2019 cette semaine, Phil Spencer a tout simplement dévoilé le nom de sa prochaine console : la Xbox Series X. Également, nous avons enfin pu voir le design de la console… qui est quelque peu clivant. Quand certains y voient un sublime monolithe, d’autre la trouve trop proche d’un PC et impossible à glisser dans un meuble TV. Quelle est votre ressenti sur ce nouveau design ? Répondez à notre sondage de la semaine et précisez votre point de vue en commentaire !

Chargement Le design de la Xbox Series X vous plaît-il ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Oui, sublime monolithe !
  • Non, c'est quoi ce rectangle
  • Sympa, mais pas forcément pratique
  • Pas vraiment, mais tant que ça joue
Voter AfficherCacher

Le module de sondage pouvant poser problème sur l’application FrAndroid, nous vous invitons à voter depuis un navigateur web.

Impossible de vendre des Mate 30 Pro sans Google

Notre précédent sondage cherchait à savoir si, suite à l’annonce de la sortie du Huawei Mate 30 Pro en France, vous aviez confiance en ses chances de réussite. Vous avez été 1 920 à nous répondre.

La majorité d’entre vous (52,7%) considère qu’en l’absence de Google et de ses services, le Huawei Mate 30 Pro ne peut tout simplement pas s’en tirer. Wilcox résume sobrement la situation du constructeur : « En Chine, c’est sûr qu’il a toutes ses chances. En France, et généralement en Europe, c’est tout le contraire ».

Reste que le smartphone a tout de même le soutien d’une bonne partie des votants (21,2%) qui le considère toujours comme le meilleur. Les autres sont plus mitigés et font preuve de recul en déclarant à 20,9% qu’il pourra plaire aux fans. Bans fait un parallèle intéressant : « Clairement non ça intéressera une minorité, c’est un peu comme les roms customs dans les faits peu de personnes en ont. Depuis la fin de Cyanogen j’en installe quasi plus ».

Enfin, 5,2% souligne avant tout le fait que le smartphone est vendu très cher malgré tout.

Catégories: Mobile

Test du Honor Band 5 : le meilleur rapport qualité-prix du marché

FrAndroid - sam, 14/12/2019 - 16:00
Introduction

Pour son Honor Band 5, la marque du groupe Huawei a repris l'essentiel de son précédent modèle. Néanmoins, le bracelet connecté est proposé à un prix très attractif et rajoute notamment la mesure du taux d'oxygène dans le sang. De quoi faire face aux bracelets de son principal concurrent Xiaomi ? C'est ce qu'on va voir dans ce test du Honor Band 5.

Le Honor Band 5

Fiche technique Modèle Honor Band 5 Taille d'écran 0.95 pouces Technologie OLED Définition de l'écran 240 x 120 pixels Format écran Rectangulaire Dimension 17.2 mm Poids 22.5 grammes Batterie 100 mAh Capteur de rythme cardique Oui Analyse du sommeil Oui Accéléromètre Non Capteur de lumière ambiante Non Prix 32€ Fiche produit Voir le test

Ce test a été réalisé avec un modèle prêté par Honor.

Design et confort

De prime abord, le bracelet Band 5 de Honor ne change pas fondamentalement la donne par rapport au Honor Band 4 sorti l’an dernier. Il s’agit en fait d’un modèle particulièrement similaire, mais il faut dire que le Honor Band 4 avait déjà tout pour lui. En termes de design, le Honor Band 5 reprend donc une formule bien connue dans le domaine des bracelets connectés. Il profite d’un petit écran Amoled en couleur de 0,95 pouce de diagonale affichant une définition de 240×120 pixels pour une densité de 282 pixels par pouces.

L’écran du Honor Band 5

Autant dire qu’avec un tel affichage on n’aura aucun mal à distinguer ce qui s’affiche à l’écran, d’autant plus que la luminosité est suffisante pour pouvoir le lire en plein jour, même si on aura davantage de mal avec un très fort soleil. Par défaut, on notera que le bracelet est configuré pour une luminosité automatique. Néanmoins, si celle-ci vient à faire défaut, il est possible de passer à une luminosité manuelle, comprise entre 1 et 5, directement dans les paramètres du bracelet. Surtout, la technologie Amoled permet de profiter de l’écran avec un bon contraste et des couleurs assez vives.

Concernant le format du bracelet en lui-même, on notera qu’il est complètement intégré. Contrairement à certains modèles concurrents, vous ne pourrez donc pas enlever le corps pour le mettre dans un autre bracelet, plus accordé aux couleurs de vos vêtements du jour. Si vous prenez le Honor Band 5 en rose, impossible de le placer dans un bracelet noir.

On notera que le format du bracelet de Honor est plutôt agréable à porter avec une forme assez effilée. L’arrondi de l’écran permet ainsi de bien s’adapter aux courbes du poignet et le reste du bracelet, en silicone, est suffisamment confortable pour ne pas venir irriter ni trop tirer sur les poils de bras.

Le Honor Band 5 n’intègre pas de boutons sur les côtés. En guise de contrôle, on ne retrouve qu’un écran tactile ainsi qu’un unique bouton capacitif en dessous. Celui-ci vous permettra simplement d’allumer l’écran et de revenir à l’écran principal une fois que vous avez suffisamment navigué dans les menus. Enfin, au dos du bracelet — assez fin avec 1,72 cm –, on va retrouver un simple lecteur de rythme cardiaque.

Le Honor Band 5

Par ailleurs, le Honor Band 5 peut être utilisé dans l’eau grâce à sa certification 5ATM. Il peut donc être utilisé en piscine à condition de ne pas plonger trop profondément et de limiter la pression.

Fonctionnalités et interface

Pour l’interface logicielle de son bracelet, Honor a repris son système d’objets connectés commun avec Huawei, à savoir liteOS. On retrouve donc la même interface que sur les précédents bracelets de la marque, mais également que la dernière Huawei Watch GT2 par exemple.

Pour allumer l’écran, il vous suffit de faire pivoter le poignet vers vous ou d’appuyer sur le bouton capacitif. Par la suite, la navigation est plutôt simple puisqu’en glissant son doigt de bas en haut — ou de haut en bas — on peut accéder à toute une liste d’applications. Le bracelet vous en propose huit de base :

  • Lecteur de musique
  • Messages
  • Plus
  • Exercice
  • Sommeil
  • SpO² (pour connaître son taux d’oxygénation du sang)
  • Rythme cardiaque
  • Nombre de pas

À l’exception des deux premières, on notera que, comme d’habitude chez Honor et Huawei, le bracelet est essentiellement dédié au suivi de l’activité et du sommeil. La navigation se veut néanmoins assez intuitive, puisque lorsqu’on arrive sur l’un des écrans, il suffit d’appuyer dessus pour lancer l’application en question. Le Honor Band 5 propose même un mode d’accès à des paramètres rapides lorsqu’on tape une fois sur l’écran d’accueil. Pratique pour voir d’un coup d’œil l’autonomie restante, le statut de la connexion Bluetooth, la météo ou le nombre de notifications reçues.

Si le Honor Band 5 permet d’avoir accès à certaines des données, le plus simple pour toutes les retrouver est bel et bien d’utiliser l’application dédiée : Huawei Santé. Outre les rapports d’activité, de rythme cardiaque ou de sommeil, l’application va vous permettre de régler finement votre bracelet.

C’est là par exemple que vous pourrez retrouver l’alarme, la gestion des notifications par application, le rapport météo, les différents cadrans, l’activation du suivi continu du rythme cardiaque ou la gestion du pivotement du poignet. En effet, s’il est possible d’allumer l’écran en tournant l’écran vers son visage, on peut aussi paramétrer le Honor Band 5 pour qu’il change automatiquement d’écran lorsqu’on fait pivoter le poignet. On n’en comprend toujours pas l’utilité, mais puisque l’option est désactivée par défaut, pourquoi pas après tout.

Au quotidien

On l’a vu, les fonctions et applications intégrées au Honor Band 5 misent avant tout sur le suivi d’activité sportive et la santé. Et il faut dire que dans ce domaine, il est plutôt efficace.

Certes, on ne retrouvera pas de GPS intégré directement au bracelet, comme c’est le cas sur les montres de Huawei et Honor, mais le Honor Band 5 Pro s’associe néanmoins au GPS de votre smartphone — du moins pour les iPhone, Huawei et Honor — lorsque vous faites une activité extérieure pour suivre le trajet. Dès lors, entre le nombre de pas calculé par le bracelet, le suivi GPS du smartphone, la durée de l’exercice et le rythme cardiaque, on se retrouve avec un bilan assez complet. Il suffit de simples calculs pour en déduire les calories dépensées, l’allure moyenne, la longueur des foulées ou la cadence moyenne.

Le Honor Band 5 propose dix activités sportives qui peuvent être suivies : course à pied en extérieur, course à pied en intérieur, promenade en plein air, marche en intérieur, vélo en extérieur, vélo en intérieur, vélo elliptique, rameur, nage en intérieur et exercice libre. Si chacune de ses activités vient s’enregistrer automatiquement comme une session d’entrainement, avec toutes les données enregistrées, sur Huawei Santé, on appréciera également la possibilité d’avoir en enregistrement constant du rythme cardiaque.

Finalement, en matière de suivi d’activité sportive, on aura seulement à déplorer l’absence de synchronisation avec d’autres services. On ne pourra en effet partager les données de Huawei Santé qu’avec Google Fit et MyFitnessPal, mais pas de services majeurs comme Strava, Runtastic ou Runkeeper. Et il n’est pas question de télécharger une application sur le bracelet qui pourrait faire le lien avec ces dernières.

Les suivis de la santé de Honor Band 5 ne se limitent pas aux activités sportives. Le bracelet propose également un mode de suivi du sommeil avec un suivi des différents cycles et des phases de sommeil profond, léger ou paradoxal ainsi que la longueur de chacune de ces phases par nuit. L’application Santé de Huawei propose par ailleurs de conseils pour bien adapter votre heure de coucher à vos besoins de sommeil.

On notera l’intégration également d’un suivi du SpO2 sur le Honor Band 5. Celui-ci vient en complément du rythme cardiaque et vous permet de connaître les niveaux de saturation de l’oxygène dans le sang. Il s’agit là de la principale nouveauté par rapport au Honor Band 4. On peut ainsi lancer la détection de ce pourcentage directement depuis le bracelet pour découvrir qu’on a 98 % de saturation d’oxygène dans le sang et… ça nous fait une belle jambe.

Dommage, non seulement je n’ai pas réussi à retrouver cette mesure dans l’application Huawei Santé, mais surtout il n’est indiqué nulle part le sens de cette mesure, si c’est positif, négatif, si je peux faire quoi que ce soit pour l’améliorer ou non. Surtout, on aurait préféré que la mesure se déclenche automatiquement pendant les phases d’exercice par exemple, ce qui aurait été bien plus utile pour les sportifs. La seule chose qui semble se rapprocher est la donnée VO² Max enfouie dans les paramètres de données personnelles sur l’application. Et même là, impossible de retrouver une trace des mesures.

En dehors des fonctions liées au sport et au suivi de l’activité physique, il faut bien admettre que le Honor Band 5 est bien chiche en fonctionnalités. Certes, on peut le paramétrer pour un réveil silencieux ou pour qu’il vibre à chaque notification pour certaines applications, mais impossible de répondre directement aux messages par exemple.

Autonomie

D’après Honor, le Band 5 peut durer jusqu’à 14 jours grâce à sa batterie de 100 Mah. Dans les faits, en gardant le Bluetooth et la mesure du rythme cardiaque allumé en permanence, j’ai pu utiliser le bracelet pendant six jours avant qu’il ne tombe à court de batterie, et ce même en l’utilisant deux fois par jour pour suivre mon activité de marche pendant plus d’une heure par jour.

Pour la recharge, le Honor Band 5 utilise une petite accroche qui vient se brancher à un câble micro-USB. On notera qu’aucun bloc secteur n’est intégré. La recharge est cependant particulièrement lente avec plus de 2h pour une recharge complète branchée à un ordinateur.

Prix et disponibilité

Le Honor Band 5 a été lancé en octobre au prix de 29 euros. Il est proposé en trois coloris : bleu, rose ou noir.

Où acheter le
Honor Band 5 au meilleur prix ?

En face, son principal concurrent est le Xiaomi Mi Band 4, lancé à 39 euros. On pourra également mentionner le Xiaomi Mi Band 3 encore moins cher, à 25 euros, mais sans écran couleur.

8 /10 Xiaomi Mi Band 4 La fiche produit Voir le test Disponible à 32 € 9 /10 Xiaomi Mi Band 3 La fiche produit Voir le test Disponible à 29 € Nos photos du Honor Band 5
Catégories: Mobile

Xamarin.Forms : Le livre ! Toujours d’actualité et près de 3 fois moins cher !

Dot.Blog - sam, 14/12/2019 - 15:44

J’ai été le premier à publier un livre complet sur les Xamarin.Forms en français, d’abord sous forme PDF puis une version beaucoup plus riche en version papier uniquement. Ce livre est toujours disponible, toujours d’actualité et encore moins cher !

Un livre de base qui ne vieillit pas

Certes le livre est paru en fin d’année 2016, et si Xamarin.Forms n’arrête pas d’évoluer et de se doter de nouveaux artifices les bases restent les mêmes !

Pour vous lancer, comprendre les principes essentielles, ceux des Xamarin.Forms mais aussi de leur utilisation avec MVVM, les bases de données locales, la création de contrôles personnalisés, etc, tout y est déjà !

Un prix en forte baisse !

Au départ Blurb qui édite le livre à la demande prenait très cher pour l’impression de ce pavé de 428 pages. Le livre très denses avec des marges minimum, pas de de saut de page entre les chapitres etc, le tout pour le faire entrer dans le format maximum qu’offrait Blurb à l’époque. Au format plus classique type Eyrolles ce livre fait aux environs de 600/650 pages plutôt (j’ai l’habitude de ces comptages pour avoir publié plusieurs livres chez cet éditeur déjà).

De près de 65€ le prix est aujourd’hui descendu à 25,74€ !

Les progrès de l’impression à la demande, le succès aussi de ce procédé et le volume important des ventes de mon livre ont permis à Blurb de réduire très fortement le coût de fabrication et donc le prix de vente. Autant en profiter !

Le commander ?

C’est plus que facile, c’est très facile ! Rendez vous sur l’adresse suivante, payez et attendez tranquillement qu’il soit imprimé juste pour vous et livré dans votre boîte aux lettres, tranquille sans stress…

https://www.blurb.fr/b/7291500-d-veloppez-en-natif-net-pour-android-ios-uwp-avec

Une idée cadeau ?

Après tout, si vous connaissez un informaticien qui veut se lancer dans le mobile cross-plateforme, le nouveau prix de vente vous permettra de faire un super cadeau sans vous ruiner ! Et même le faire livrer directement chez l’intéressé(e). Dingue non ?

Feuilletez le livre

Prendre connaissance du sommaire détaillé ? Feuilleter le livre pour vous rendre compte de son contenu ? Il suffit de suivre le lien si dessus et de cliquer sur le livre ou sur le bouton “Aperçu” !

Mise à jour permanente et gratuite

N’oubliez pas que ce livre est le seul sur les Xamarin.Forms écrit par un MVP et assorti d’une mise à jour gratuite permanente via les articles de Dot.Blog !

Depuis sa sortie toutes les nouveautés ont été commentées ou présentées en détail dans l’un des 100 articles parus entre temps… Sans supplément vous disposerez d’une information complète et à jour. Les bases avec le livre, les dernières nouveautés avec le blog !

Vous l’avez déjà ?

Je tiens alors à vous remercier chaleureusement car sans vous ce livre ne pourrait se vendre encore aujourd’hui. Et comme vous le voyez le prix de vente un peu élevé au départ n’allait pas dans ma poche mais dans celle de Blurb pour la fabrication… Je n’ai donc pas tiré un profit qui puisse contrebalancer les 6 mois de travail effectué. En revanche puisque vous l’avez lu, soyez sympas : Partagez ce billet avec vos contacts, c’est facile il y a des boutons de partage sous tous les articles de ce blog ! Je vous en remercie d’avance.

Conclusion

Vous êtes encore là ? Mais dépêchez vous d’aller sur le site pour commander votre exemplaire dès maintenant !

Et pour rester au courant…

Stay Tuned !

Catégories: Dévelopement

RED : premier mois offert pour la Fibre jusqu’à 1 Gb/s, puis 22 €/mois

FrAndroid - sam, 14/12/2019 - 14:30

C’est le retour de l’offre RED box boostée jusqu’à 1 Gb/s -- contre 200 Mb/s habituellement -- à 22 euros par mois, toujours à vie. En cette période de Noël, l’opérateur se sent toutefois d’humeur généreuse en offrant à ses nouveaux clients le premier mois de l’abonnement.

Jusqu’au 30 décembre prochain, la RED box de SFR est à 22 euros par mois et enchaîne les bonus. Tout d’abord, on retrouve l’option « débit plus » (normalement à 5 euros) qui permet d’atteindre 1 Gb/s en téléchargement et 400 Mb/s en envoi, au lieu de respectivement 200 Mb/s et 50 Mb/s. Ensuite, l’option « appels illimités vers les mobiles » est également de la partie. Pour finir avec la cerise sur le gâteau : le premier mois est offert !

L’offre RED Box en bref
  • Un abonnement Internet Fibre/THD sans engagement
  • L’option « débit plus » jusqu’à 1 Gb/s
  • Un prix toujours à vie !

Si vous n’êtes pas éligible à la Fibre, il est toujours possible de choisir l’offre ADSL qui est quant à elle proposée à 15 euros par mois, mais sans l’option « débit plus ».

Retrouvez la RED Box à partir de 15 euros/mois à vie

L’abonnement à la RED Box propose un accès illimité à Internet en Fibre THD (Très Haut Débit). Toutefois, les opérateurs promettent des débits théoriques différents, et n’hésitent d’ailleurs pas à rajouter des options payantes pour obtenir une meilleure vitesse de connexion. Chez RED, l’option « débit plus » normalement facturée 5 euros supplémentaires est aujourd’hui gratuite. Cette dernière permet notamment de plafonner à 1 Gb/s en téléchargement et 400 Mb/s en envoi, au lieu de respectivement 200 Mb/s et 50 Mb/s.

L’offre comprend évidemment une ligne fixe. Cela se traduit par les appels illimités vers les fixes en France et vers plus de 100 autres destinations. Ce n’est pas tout, les autres services, tels que la présentation du numéro, la messagerie vocale ou encore la messagerie via email, sont également de la partie, ainsi que l’option « appels illimités vers les mobiles », uniquement en France.

En revanche, notez que cette offre n’impose pas une option pour accéder aux chaînes de télévision. Si cela vous intéresse, il faut ajouter 2 euros en plus par mois pour obtenir le décodeur TV.

Retrouvez la RED Box à partir de 15 euros/mois à vie

Notre comparateur des offres Fibre et ADSL

Pour découvrir les offres des différents FAI, nous vous invitons à découvrir notre comparateur des meilleures offres ADSL et Fibre.

Testez gratuitement votre égibilité fibre et ADSL avec notre outil

Tous les derniers Bons plans

Catégories: Mobile

Pages

S'abonner à Sleepy SME agrégateur