Agrégateur de flux

Les services Cloud de Microsoft ont augmenté de 775% depuis le confinement

Mon Windows Phone - il y a 39 min 38 sec

Les mesures de confinement suite à l'arrivée du Coronavirus ont fait exploser notre utilisation d’Internet ces dernières semaines. Les serveurs qui nous permettent de consulter les sites Web et utiliser des services tels que Netflix sont également mis à rude épreuve. Microsoft qui est l’un des plus gros hébergeur Cloud au monde a partagé quelques informations intéressantes sur sa plateforme Azure… et les chiffres sont vertigineux.

Alors que certaines entreprises sont contraintes de



Continuez la lecture de l'article Les services Cloud de Microsoft ont augmenté de 775% depuis le confinement
Catégories: Mobile

Pendant le confinement, Cyberghost VPN propose une belle réduction sur son abonnement VPN

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 14:13

Comme tout le monde, vous êtes bloqués chez vous et vous avez déjà fait le tour de toutes vos séries et films de vos plateformes de SVOD ? C’est qu’il est temps de prendre un abonnement à un VPN.

Un VPN permet d’accéder facilement au catalogue américain de Netflix.

Durant cette période de confinement, Internet est sans conteste le principal lien avec le reste du monde. Il vous permet de travailler (quand vous le pouvez), de communiquer avec vos proches, mais aussi de vous divertir. Associer un VPN à sa connexion Internet peut se révéler alors judicieux actuellement.

D’autant plus que Cyberghost VPN propose en ce moment une offre sur son abonnement de 18 mois, qui est au prix de l’abonnement d’un an. À raison de 2,75 euros par mois, cet abonnement revient à 49,5 euros pendant les 18 premiers mois, puis 49,5 euros renouvelés ensuite tous les 12 mois (vous pouvez annuler le renouvellement quand vous voulez). C’est l’un des tarifs les moins élevés du marché des VPN.

Découvrir l’offre de 18 mois de Cyberghost VPN

Un VPN pendant le confinement, pour quoi faire ?

Un VPN pendant cette période de confinement permet surtout de délocaliser son adresse IP en se connectant à des serveurs étrangers et de bénéficier des catalogues étrangers des plateformes de SVOD ou de replay.

Ce qui permet d’accéder à de nouvelles séries ou films qui ne sont pas encore présents dans le catalogue français de Netflix. Au moment où nous écrivons ces lignes, le catalogue américain de Netflix propose par exemple Solo : A Star Wars Story, l’intégralité de la série The Office ou encore Avengers : Infinity Wars. Netflix ne donne pas les chiffres, mais les sites qui répertorient les contenus de Netflix considèrent qu’il y a plus de 1500 séries et films en plus sur le catalogue américain de Netflix que sur le catalogue français.

Voici une partie des films auxquels il est possible d’accéder en se connectant à Netflix en passant par un serveur américain d’un VPN.

Pour ce type d’utilisation, Cyberghost VPN se révèle être l’une des applications les plus pratiques du marché. Que ce soit sur ordinateur (Mac, Windows ou les extensions pour navigateur), sur smartphone (Android ou iOS) ou même sur les télévisions connectées (Android TV, Samsung Smart TV, LG Smart+), Cyberghost VPN propose au sein de son application de se connecter à des serveurs spécialisés dans le streaming. En deux clics, vous pouvez ainsi vous connecter à un serveur américain dédié à Netflix ou à un serveur anglais pour accéder aux émissions de la BBC. Pratique.

Les autres avantages du VPN Cyberghost VPN

Outre son prix et le contournement des géoblocages, Cyberghost VPN possède de nombreux avantages. C’est un fournisseur de VPN sérieux, qui ne conserve pas les données de ses utilisateurs. Ce qui signifie que les données, les fichiers et les échanges qui transitent par ses serveurs ne laissent aucune trace. Cyberghost VPN prend très au sérieux la confidentialité de ses clients, quelle que soit l’utilisation qui est faite de ses serveurs.

Cyberghost VPN propose des serveurs spécialisés dans le streaming… Et même dans l’accès à certains services en ligne.

Cyberghost VPN propose au sein de son application plus de 5700 serveurs répartis dans 89 pays et 112 emplacements à travers le monde. Des serveurs qui peuvent être aussi bien utilisés pour du téléchargement, du streaming, ou tout simplement pour améliorer la confidentialité de ses données. Si vous êtes connectés à un Wi-Fi public par exemple, un VPN vous permettra ainsi d’éviter toute tentative d’attaque du type « man in the middle ».

Cyberghost VPN est en promotion actuellement : 18 mois pour le prix de 12

Surtout, Cyberghost est l’un des fournisseurs de VPN au rapport qualité-prix le plus intéressant du marché. Alors que la plupart de ses concurrents affichent un tarif mensuel aux alentours de 3 euros, Cyberghost VPN n’est qu’à 2,75 euros par mois. Si vous vous interrogez sur ses performances ou son service, vous trouverez un test de ce fournisseur au sein du comparateur de VPN de Frandroid.

L’abonnement de 18 mois à Cyberghost VPN est au prix de 12 mois. Ce qui en fait l’un des meilleurs rapports qualité-prix du moment.

Notez pour finir que Cyberghost VPN est le seul fournisseur de VPN à proposer une période de test de 45 jours (garantie satisfait ou remboursé), là où les autres acteurs proposent généralement 30 jours. Enfin, l’abonnement à Cyberghost VPN peut être partagé par 7 appareils différents en même temps. Libre à vous de prendre un abonnement et de le partager ensuite avec votre famille.

Découvrir l’offre de 18 mois de Cyberghost VPN

Article sponsorisé par Cyberghost

Cet article a été réalisé en collaboration avec Cyberghost. Il s'agit d'un contenu créé par des rédacteurs indépendants au sein de l'entité Humanoid Content, l'équipe éditoriale de Frandroid n'a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Catégories: Mobile

Comparatif photo : Huawei P40 vs Samsung Galaxy S20

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 14:00

Nous vous proposons ici un comparatif photo entre le Huawei P40 et le Samsung Galaxy S20. Nous avons pris diverses scènes en photo avec les deux smartphones et nous vous proposons de voter, dans chaque cas, pour le cliché que vous préférez. Nous communiquerons les résultats dans quelques jours.

Les Huawei P40 et Samsung Galaxy S20

La série des Huawei P40 a été tout récemment dévoilée. Les performances photo sont particulièrement mises à l’honneur sur ce téléphone. Le P qui devance les chiffres fait justement référence à la première lettre du mot « photo ».

Or, malgré le confinement imposé pour lutter contre la propagation du Covid-19, j’ai sous la main un Samsung Galaxy S20 que je peux opposer au Huawei P40 dans un comparatif photo. J’ai donc vaillamment exploré la cour de mon immeuble pour immortaliser quelques clichés avec les deux smartphones tout en prenant soin également d’immortaliser quelques scènes depuis les fenêtres de mon appartement.

Huawei P40 Fiche produit Prise en main Disponible à 649 € 8 /10 Samsung Galaxy S20 Fiche produit Voir le test Disponible à 909 €

Dans les lignes qui suivent, je vais vous soumettre un test à l’aveugle. Certes, le terme ne colle pas vraiment avec l’analyse de photos, qui nécessite une certaine acuité visuelle, mais ce que j’entends par là, c’est que j’ai effacé les métadonnées des photos pour ne pas que vous puissiez deviner quel téléphone a pris quelle photo.

Cela permet d’éviter les potentiels biais, car c’est à vous de voter pour les photos que vous préférez. Nous désignerons ensuite, quelques jours après, le grand vainqueur entre le Huawei P40 et le Samsung Galaxy S20.

Les règles du jeu

Pour chaque scène, deux photos vous seront soumises dans une galerie. Vous devrez à chaque fois voter pour l’image que vous aimez le plus en indiquant si vous préférez la 1 ou la 2. À chaque fois la photo 1 sera celle de gauche et la photo 2 celle de droite comme dans le schéma qui suit.

La photo 1 sera toujours à gauche, la photo 2 sera toujours à droite.

Évidemment, j’ai pris soin de varier un peu et de ne pas toujours mettre les photos d’un smartphone toujours du même côté. Passons aux votes. Avant d’aller plus loin, veuillez noter que le module de sondage peut rencontrer quelques soucis selon la plateforme utilisée. Nous vous conseillons de passer par un navigateur pour pouvoir voter.

Sur les toits

La scène photographiée ici est assez classique. On profite de bonnes conditions de prise de vue en capturant ces toits. Le traitement colorimétrique, la température, le niveau de détails seront les points essentiels pour faire la petite différence. Finalement, indiquez surtout quelle image propose l’atmosphère qui vous inspire le plus.

Chargement Quelle photo sur les toits préférez-vous ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Photo sur les toits 1
  • Photo sur les toits 2
Voter AfficherCacher La rue avec un coucher de soleil

Le rendu de cette rue avec le soleil qui va progressivement se coucher à l’horizon n’est pas du tout le même entre le Huawei P40 et le Samsung Galaxy S20. En effet, on voit une photo très saturée quand l’autre semble plus éclaircie mise sur des tonalités plus naturelles. À noter que le mode HDR était activé sur les deux clichés.

Chargement Quelle photo de la rue au crépuscule ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Photo de rue 1
  • Photo de rue 2
Voter AfficherCacher L’horloge

Une scène un peu plus sombre s’offre à nous avec cette horloge. Dans quelle image voyez-vous le plus de détails et la meilleure netteté ?

Chargement Quelle photo de l'horloge préférez-vous ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Photo d'horloge 1
  • Photo d'horloge 2
Voter AfficherCacher La fleur

Cette fleur jaune pose un certain challenge à la fois pour le traitement colorimétrique et pour l’effet bokeh que le téléphone doit créer. Bon à savoir : j’ai utilisé le mode de prise de vue classique pour ces photos, je me suis simplement rapproché des pétales. À l’aveugle, allez-vous voter pour le Huawei P40 ou pour le Samsung Galaxy S20 ?

Chargement Quelle photo de la fleur préférez-vous ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Photo de fleur 1
  • Photo de fleur 2
Voter AfficherCacher Mode portrait

On s’essaie ensuite au mode portrait des deux téléphones tout en sachant qu’aucun des deux appareils ne dispose d’un capteur TOF pour gérer la profondeur de champ. Tout se fait donc via un traitement logiciel.

Chargement Quel mode portrait préférez-vous? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Photo portrait 1
  • Photo portrait 2
Voter AfficherCacher Selfie

Restez encore un peu avec moi et ma trombine pour évaluer la qualité des selfies.

Chargement Quel selfie préférez-vous ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Selfie 1
  • Selfie 2
Voter AfficherCacher Le zoom x3

Le fonctionnement du zoom n’est pas le même entre le Samsung Galaxy S20 et le Huawei P40. Le premier utilise en effet son capteur de 64 mégapixels pour proposer un zoom numérique et promet notamment un grossissement x3 sans perte. Le second profite d’un téléobjectif au zoom optique x3.

Chargement Quel zoom x3 préférez-vous ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Photo zoom 1
  • Photo zoom 2
Voter AfficherCacher De nuit en mode auto

Voici une scène de nuit pour que vous puissiez indiquer quel cliché vous plaît le plus en faible luminosité.

Chargement Quelle photo de nuit préférez-vous ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Photo de nuit 1
  • Photo de nuit 2
Voter AfficherCacher Mode nuit

Enfin, voici la même scène nocturne, mais capturée avec le mode nuit activé.

Chargement Quel mode nuit préférez-vous ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Photo mode nuit 1
  • Photo mode nuit 2
Voter AfficherCacher Bientôt les résultats

Alors, qui sortira vainqueur de ce duel entre le Huawei P40 et le Samsung Galaxy S20 ? Pour le savoir nous vous ferons part, la semaine prochaine des résultats des votes. En patientant, n’hésitez pas à retrouver notre test complet du Galaxy S20 et notre prise en main du Huawei P40.


HDR, mode nuit, capteurs, objectifs… On vous explique tout sur la photo sur smartphone


Alors que les puces les plus puissantes équipent certains smartphones milieu de gamme, que l’autonomie la plus longue est parfois tenue par des appareils d’entrée de gamme ou que les innovations de design se font aussi sur des smartphones à…
Lire la suite

Toutes les actualités sur le Samsung Galaxy S20

Catégories: Mobile

L’application de la semaine : je reste en contact avec mes proches sans avoir à télécharger d’application

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 13:00

Pendant le confinement, les services d'appels vidéo se multiplient. Et si la plus simple était celle qui est déjà préinstallée sur la grande majorité de vos smartphone ?

En cette période de confinement, on peut vite se sentir isolé lorsqu’on vit tout seul. Mes parents sont loin, mes frères sont chez eux, mes collègues à leurs domiciles et ma copine chez ses parents. Heureusement, on est en 2020 et il existe désormais de nombreux services d’appels audio et vidéo — sans même parler du téléphone — pour garder le contact.

Je pense bien évidemment à Facebook Messenger ou WhatsApp pour mes proches, ou à Slack et Hangouts pour mes collègues, puisqu’il s’agit là des deux solutions que l’on utilise le plus chez Frandroid pendant ce confinement pour garder le contact. Néanmoins, toutes ces applications ont un problème : il faut que votre interlocuteur les utilise aussi pour garder le contact. Et il n’y a rien de plus embêtant que de devoir télécharger une application que l’on ne maîtrise pas, d’ajouter le contact, de fouiller dans les paramètres et de se rendre compte que la vidéo ne passe pas, tout ça pour « un appel rapide, promis, j’en ai que pour deux minutes ».

Et puis hier, j’ai tourné une vidéo pour Frandroid. Une vidéo sur les nouveaux Xiaomi Mi 10 et Mi 10 Pro. Sauf que si j’ai pu prendre le pli depuis un peu plus d’une semaine, ce n’est pas mon métier de réaliser des vidéos, de paramétrer le cadrage, la lumière et le son. En situation normale, on a notre réalisateur/monteur d’exception, Brandon, qui s’en occupe pour nous. Hier donc, il a voulu s’assurer que tout était bien mis en place, que la lumière de mon salon était correcte, que le trépied était bien positionné. Et il a eu une proposition à laquelle je n’avais pas pensé depuis le début du confinement : « je t’appelle sur Google Duo ».

Lien YouTube

Une application déjà installée sur tous les smartphones Android

Mais c’est bien sûr ! Le service d’appels vidéo de Google ne m’avait jamais effleuré jusqu’à présent. Et pour cause, je n’ai dû le lancer qu’une poignée de fois pour écrire une actualité à propos d’une nouvelle fonctionnalité. Sauf que l’application était bien là, dans mon smartphone, rangée dans un dossier « Google » préinstallé par le constructeur. Parce qu’au même titre que Gmail, Google Maps, Chrome ou le moteur de recherche, Google Duo fait partie des applications que les constructeurs doivent obligatoirement installer s’ils souhaitent profiter du Google Play Store sur leurs appareils. Dès lors, comme pour un appel vocal, je n’ai eu qu’à rentrer le numéro de téléphone de Brandon pour l’appeler et qu’on puisse vérifier ensemble la mise en place de mon tournage pour la vidéo.

Google Duo

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Le gros avantage de Google Duo, c’est que je suis loin d’être le seul à l’avoir sur mon smartphone. C’est le cas de l’écrasante majorité des possesseurs de smartphones, sans même qu’ils le sachent. S’ils utilisent un appareil Android, ils ont Google Duo qui est déjà installé sur leur téléphone — à moins qu’ils possèdent un Huawei Mate 30 Pro. Si le contact qu’ils souhaitent joindre est déjà enregistré dans leur carnet d’adresses, il ne leur reste donc plus qu’à taper sur son nom pour lancer un appel vocal. Surtout, Google a annoncé tout récemment que les appels sur Duo pouvaient désormais intégrer jusqu’à douze personnes. Là encore, c’est une opportunité non seulement pour passer des appels à l’ensemble de sa famille ou à son cercle d’amis, mais également pour des réunions vidéo entre collègues.

Bref, merci à Brandon de m’avoir rappelé l’existence de Google Duo en cette période d’isolement, je sens que je vais mettre Zoom et Microsoft Teams de côté pour un petit moment.

Retrouvez nos autres Jeux et apps de la semaine

Catégories: Mobile

Google Duo permet désormais les appels jusqu’à 12 personnes, idéal pour le confinement

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 12:30

Le service d'appels audio et vidéo de Google permet désormais de passer des appels jusqu'à douze interlocuteurs. Idéal pour les appels entre amis ou pour les visioconférences professionnelles.

Google Duo permet les appels de plusieurs personnes en visio

Alors que les Français et les Françaises sont toujours en confinement pour au moins deux semaines supplémentaires, ils trouvent de plus en plus d’alternatives pour rester en contact avec leurs proches. On a notamment appris récemment que l’utilisation des appels vocaux et vidéo sur WhatsApp avaient plus que doublé depuis le début du confinement.

Pour aller plus loin
Confinement : la liste de tous les services et contenus gratuits pendant l’épidémie de coronavirus

Pour les entreprises également, l’organisation se fait désormais bien souvent en télétravail pour celles qui le peuvent. Et là, les outils ne manquent pas pour les appels groupés en vidéo ou en audio, entre Zoom, Microsoft Teams, Slack, Skype ou Hangouts. Mais ces outils ne sont pas toujours les plus ergonomiques. De nombreux employés n’ont pas forcément l’habitude de les utiliser, certains facturent leur service à un prix qui peut être élevé pour des entreprises et souvent elles nécessitent de télécharger des outils qui peuvent être compliqués à appréhender.

De huit participants à douze

C’est dans ce cadre que Google a annoncé l’extension des appels groupés sur son service d’appels vidéo Google Duo. Dans un tweet publié ce vendredi, Sanaz Ahari, cheffe produit chez Google, a annoncé que les appels sur Google Duo pourraient désormais intégrer jusqu’à 12 participants au lieu de huit jusqu’à présent.

We are grateful that Duo is helping users see their loved ones all around the world. We recognize group calling is particularly critical right now. We have increased group calling from 8 participants to 12 effective today. More to come. #AllInThisTogether #COVID19

— Sanaz (@sanazahari) March 27, 2020

Si Google Duo n’est certes pas la plateforme d’appels vidéo la plus utilisée actuellement, elle a au moins un mérite, celui d’être préinstallée sur l’ensemble des smartphones Android du marché. L’application fait en effet partie du pack que Google impose aux constructeurs de smartphones qui voudraient intégrer le Play Store, au même titre que Play Music, Chrome ou Gmail. Dès lors, de nombreuses personnes l’ont déjà intégrée dans leur smartphone personnel.

Que ce soit pour prendre des nouvelles de ses contacts en les appelant en vidéo ou pour les vidéoconférences professionnels de petites équipes, Google Duo peut donc être une bonne alternative aux usines à gaz de la concurrence.

Google Duo

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Twitter

Catégories: Mobile

Sound X : Huawei lance son enceinte conçue avec Devialet en France

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 12:02

Après un lancement uniquement en Chine fin 2019, Huawei a annoncé l'arrivée en France de son enceinte Sound X, conçue en partenariat avec Devialet et qui marche directement sur les platebandes du HomePod d'Apple.

Cela fait plusieurs mois que Huawei a commencé à teaser son enceinte Sound X, concurrent du Google Home ou de l’Apple HomePod. Ce jeudi, à l’occasion de la présentation officielle des Huawei P40, P40 Pro et P40 Pro+, le constructeur chinois a finalement annoncé que l’enceinte arrivera tout prochainement en Europe.

L’enceinte Sound X, développée en partenariat avec la marque Hi-Fi française Devialet, a en fait été présentée initialement en novembre dernier en Chine. Mais jusqu’à présent, elle n’était disponible que dans ce pays, avec un assistant vocal disponible uniquement en chinois. C’est donc en Europe, et notamment en France, que l’enceinte se lancera pour la première fois à l’international.

Concrètement, l’enceinte Sound X intègre deux woofers de 60 Watts pour les basses ainsi que six haut-parleurs positionnés à 360 degrés pour les aigus. L’idée est ainsi de proposer un son qui se diffuse dans tous les sens dans la pièce, à l’instar de ce dont est capable le HomePod d’Apple.

Une enceinte qui intègre un assistant vocal

Outre ces caractéristiques audio, il s’agit bien évidemment d’une enceinte connectée. À ce titre, l’enceinte Huawei Sound X sera dotée de son propre assistant vocal, Celia, à partir du second semestre. C’est d’ailleurs l’assistant vocal qui a été également intégré sur les nouveaux P40 de la marque et qui devrait remplacer Google Assistant sur l’ensemble de l’écosystème Huawei en Europe. De quoi permettre notamment de régler le réveil, d’ajouter un événement à son agenda ou de commander la musique sur l’enceinte.

Lien YouTube

La Huawei Sound X est une enceinte Wi-Fi qui intègre également une puce NFC pour une connexion simplifiée d’un smartphone Huawei à l’enceinte. Elle nécessite néanmoins d’être connectée au courant pour fonctionner, puisqu’elle ne propose pas de batterie.

Huawei a annoncé un lancement de l’enceinte Sound X en France au mois de mai. Néanmoins, la marque n’a pas encore annoncé de prix de lancement.

Catégories: Mobile

Galaxy Tab S6 Lite : la tablette accessible de Samsung se dévoile en rendus presse

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 11:30

Samsung préparerait une version plus accessible de sa Galaxy Tab S6 avec un prix de moins de 400 euros. Le site WinFuture livre toutes les informations à son sujet avant même son officialisation

En juillet dernier, Samsung dévoilait une nouvelle tablette haut de gamme, baptisée Galaxy Tab S6. Dotée d’un écran de 10,5 pouces avec un double module photo au dos et une puce Snapdragon 855, elle pourrait prochainement avoir droit à une version Lite plus accessible.

C’est en tout cas ce qu’annonce le site allemand WinFuture dans un article publié cette semaine. Le journaliste Roland Quandt a en effet obtenu des images de rendu presse de la future tablette de Samsung, ainsi qu’une grande part de ses caractéristiques. De quoi permettre de découvrir en long en large et en travers la nouvelle ardoise de la firme coréenne.

Le même processeur que sur le Galaxy A51

Dans l’ensemble, la Samsung Galaxy Tab S6 Lite devrait reprendre les grandes lignes de la Galaxy Tab S6 avec un dos plat et de fines bordures autour de l’écran. Concernant l’affichage, il devrait s’agir d’une dalle LCD de 10,4 pouces affichant une définition de 2000×1200 pixels. Par ailleurs, la tablette ne devrait pas intégrer de puce Snapdragon haut de gamme comme c’est le cas du modèle premium de l’an dernier, mais une puce maison de Samsung, l’Exynos 9611 déjà utilisée notamment sur le Samsung Galaxy A51. Elle serait accompagnée de 4 Go de RAM et 64 Go de stockage extensible. La tablette devrait être disponible en version Wi-Fi, mais un modèle 4G serait également prévu avec GPS intégré.

Pour les appareils photo aussi, Samsung aurait réduit les coûts avec non plus deux capteurs au dos, mais un seul de huit mégapixels. En façade, le constructeur aurait prévu d’intégrer une caméra de 5 mégapixels pour les appels vidéos ou les selfies. Enfin, la Galaxy Tab S6 Lite intégrerait une batterie de 7040 mAh.

Pour l’heure, on ignore encore quand Samsung compte présenter officiellement sa nouvelle tablette d’entrée de gamme. Selon WinFuture, elle pourrait être lancée à un prix allant de 350 à 400 euros.

WinFuture

Catégories: Mobile

Xiaomi Mi True Wireless Earphones 2 : quelles différences par rapport à la première génération ?

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 11:21

Xiaomi a officialisé ses Mi True Wireless Earphones 2 en Europe, ils arriveront en France et seront vendus 100 euros. Profitons-en pour comparer les deux générations d'écouteurs True Wireless.

Mi True Wireless Earphones 2

Nous avions testé la première version des Mi True Wireless Earphones, Xiaomi a profité de l’annonce des Mi 10, Mi 10 Pro et Mi 10 Lite 5G pour officialiser les Mi True Wireless Earphones 2. Des écouteurs True Wireless vendus à petits prix. Intrigants ? Regardons ce qu’ils ont de nouveau par rapport à la première génération.

Xiaomi Mi 10 Lite Fiche produit Xiaomi Mi 10 Fiche produit Disponible à 676 € Xiaomi Mi 10 Pro Fiche produit 1 500 € Quelles différences entre les deux générations ?

Comme vous le voir ci-dessous, avec notre super montage, la nouvelle version des Mi True Wireless Earphones n’est plus intra ! Ce sont des écouteurs boutons comme les AirPods 2, Xiaomi en profite pour apporter sa technologie d’annulation du bruit active. Ces écouteurs intègrent également un capteur de présence optique (détection automatique de placement dans l’oreille), un contrôle tactile (le double tap, par exemple, pour lancer de la musique) et une nouvelle compatibilité Bluetooth 5.0, pour un signal de transmission plus stable et avec moins de latence.

Les nouveaux à gauche, les anciens à droite

L’autonomie est également améliorée, toujours selon Xiaomi, elle est de 4 heures avec une seule charge et de 14 heures en utilisant le boitier.

Mi True Wireless Earphones 2

Voici le reste des caractéristiques techniques à retenir :

  • Connectivités : Bluetooth 5.0 et USB Type-C pour la charge
  • Portée : environ 10 mètres
  • Codecs pris en charge : SBC / AAC / LHDC
  • Fonctionne sur tous les appareils Bluetooth y compris iOS et Android évidemment
  • Impédance : 32 ohms
  • Poids : 4,5 grammes par écouteur, 50 grammes pour l’étui de charges et les écouteurs
Disponibilité et prix

Les Xiaomi Mi True Wireless Earphones 2 seront disponibles le 7 avril pour 99 euros sur Mi.com et dans les Mi Stores agréés, ainsi que chez Fnac, Darty, Leclerc, Cdiscount, LDLC, Ubaldi, Cora et Materiel.net.


AirPods et alternatives : les meilleurs écouteurs sans fil Bluetooth


Sony WF-1000XM3 : notre recommandation Les nouveaux écouteurs sans fil de Sony succèdent logiquement aux anciens, les WF-1000X. Ce ne sont pas les WF-1000X2 ou 3, mais les WF-1000XM3. Une lettre qui rappelle forcément l’excellent casque audio du même constructeur, qui…
Lire la suite

Catégories: Mobile

Huawei : les États-Unis veulent bloquer l’approvisionnement en processeurs Kirin

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 10:51

L'administration américaine aurait validé une nouvelle sanction visant à couper les vivres de Huawei en matière de processeur. Tous les constructeurs de puces du monde entier devraient ainsi obtenir une licence pour continuer à travailler avec la marque chinoise. C'est le cas de TSMC qui conçoit les puces Kirin de Huawei.

La puce Kirin 990 équipe le Huawei Mate 30 Pro et le P40

Mi-février, on apprenait que les États-Unis pourraient à nouveau s’attaquer à Huawei en empêcher sa branche spécialisée dans les puces, HiSilicon, de s’approvisionner chez son principal fournisseur, TSMC. Une manière de mettre le constructeur chinois dans une position encore plus difficile en l’empêchant de développer ses puces Kirin. Finalement, on a appris ce vendredi que l’administration américaine avait validé cette nouvelle sanction.

L’agence Reuters rapporte en effet que « de hauts responsables de l’administration Trump ont approuvé de nouvelles mesures pour restreindre l’approvisionnement mondial de puce de Huawei ». La particularité de cette nouvelle mesure est qu’elle ne concerne pas que les entreprises américaines, comme c’était jusqu’à présent le cas pour l’entity list qui empêche les entreprises américaines de faire affaire avec le groupe chinois, mais tous les constructeurs de puces dans le monde.

Des licences obligatoires pour travailler avec Huawei

Pour pouvoir continuer à travailler avec le groupe chinois, les fondeurs devront ainsi obtenir une licence de la part de l’administration américaine. C’est le cas de TSMC, l’un des principaux fournisseurs de Huawei dans ce domaine — qui travaille également avec Apple — qui fabrique les puces utilisées pour les processeurs Kirin de Huawei.

La décision d’approuver cette nouvelle sanction a été prise mercredi dernier selon les informations de Reuters. Reste qu’elle n’a pas encore été validée par le président Donald Trump. « Si la sanction est validée, elle pourrait porter un coup à Huawei et TSMC, tout en nuisant à des compagnies américaines » indique une source de l’agence Reuters. Le risque pour le marché américain est en effet que Huawei revoit entièrement sa chaîne de production et fasse tout de son côté, le constructeur chinois étant forcé de trouver des alternatives pour continuer à intégrer des processeurs sur ses smartphones.


Huawei : les États-Unis frapperaient ses smartphones en plein cœur


Les États-Unis cherchent à tout prix à affaiblir Huawei. À cause de l’embargo américain, les smartphones de la marque chinoise sont privés des services et applications Google. Il s’agit là d’un obstacle déjà bien difficile à surmonter pour s’imposer sur…
Lire la suite

Suivez toute l'affaire : Donald Trump, Google et Huawei Huawei et Google

Reuters

Catégories: Mobile

De 60 à 100 Go : voici 3 forfait mobiles B&You en promotion, même après un an

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 10:30

L'opérateur B&You relance ses offres promotionnelles sans engagement sur trois forfaits mobiles. Au programme : trois offres à prix attractif, sans tarif qui augmente au bout d'un an.

En 2020, vous avez sûrement remarqué que le prix des forfaits mobile a augmenté par rapport à l’année dernière. Il ne faut donc pas rater les bonnes affaires lorsqu’elles se présentent. C’est à ce titre que nous vous présentons trois forfaits mobiles B&You à des prix intéressants. Toutes ces offres sont valables jusqu’au 29 avril prochain.

Découvrir les forfaits mobiles B&You en promotion

B&You 60 Go à partir de 13,99 euros

Ce forfait est le plus abordable de la sélection, mais cela ne l’empêche pas de proposer tout ce que l’on attend d’un bon forfait mobile. Proposé au prix de 13,99 euros, ce forfait B&You comprend chaque mois :

  • 60 Go de données mobiles
  • appels, SMS et MMS illimités
  • 10 Go de données mobiles à utiliser en Europe

Découvrir le forfait B&You 60 Go en promotion

Il faut aussi noter que ce forfait mobile est sans engagement, et sans augmentation de prix au bout d’un an. Le prix reste donc figé à 13,99 euros, et vous pouvez changer d’opérateur à tout moment et sans payer de frais supplémentaires. Vous pouvez même bénéficier d’un bonus qui n’est pas négligeable : Spotify Premium est offert pendant 3 mois.

Voici comment profiter de l’abonnement gratuit à Spotify Premium pendant trois mois.

Pour 2 euros de plus chaque mois, vous pouvez également profiter d’un autre forfait mobile B&You. Celui-ci est identique au précédent, à une exception près : la connexion à Internet est illimitée le week-end. Vous donc en profiter pour partager votre connexion et télécharger des fichiers volumineux les samedi et dimanche sans que ce soit débité de l’enveloppe mensuelle de 60 Go.

Découvrir le forfait B&You 60 Go + illimité week-end en promotion

B&You 100 Go à 19,99 euros

Ce troisième et dernier forfait est le plus complet. Pour 19,99 euros par mois, il donne accès à :

  • 100 Go de données mobiles
  • appels, SMS et MMS illimités
  • 10 Go de données mobiles à utiliser en Europe

Là aussi, le forfait mobile 100 Go de B&You est sans engagement, et sans augmentation du prix au bout d »un an. L’abonnement à Spotify Premium est également gratuit pendant 3 mois.

Découvrir le forfait mobile B&You 100 Go en promotion

La qualité du réseau de Bouygues Telecom

Même si B&You est le pendant low cost de Bouygues Telecom, celui-ci profite quand même du réseau et des infrastructures de l’opérateur historique. Ainsi, la qualité du réseau est la même chez B&You et Bouygues Telecom. Pour rappel, le réseau de Bouygues Telecom couvre 99% de la population et 83 % du territoire en 4G. C’est le deuxième opérateur du classement, ex aequo avec SFR et juste derrière Bouygues Telecom.

La qualité du réseau peut largement varier d’un territoire à l’autre. Nous vous conseillons alors de vérifier la présence d’antennes et la qualité du débit proposé avant de souscrire.

Comparateur des forfaits 4G

Afin de découvrir d’autres offres mobile, nous vous invitons à utiliser notre comparateur pour trouver le meilleur forfait sans engagement, selon vos besoins.

Les meilleurs forfaits sans engagement


Prixtel - Le complet Fin de l'offre : 31 mars 2020

  • Appels illimités
  • SMS/MMS illimités
  • 5 Go

Prix : 4,99 € 9,99 €
Découvrir l'offre Prixtel - Le complet


Série spéciale Free Forfait 4G - 50 Go

  • Appels illimités
  • SMS/MMS illimités
  • 50 Go

Prix : 9,99 €
Découvrir l'offre Série spéciale Free Forfait 4G - 50 Go


RED SFR Forfait 4G - 60 Go Fin de l'offre : 06 avril 2020

  • Appels illimités
  • SMS/MMS illimités
  • 60 Go

Prix : 14 € 15 €
Découvrir l'offre RED SFR Forfait 4G - 60 Go

Tous les derniers Bons plans

Catégories: Mobile

Webcam, micro, logiciel… comment se lancer dans le streaming ? On a demandé à un Pro

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 10:01

Vous cherchez à vous lancer dans le streaming mais vous ne savez pas par où commencer ? On a demandé à un pro des conseils pour vous concocter le kit du débutant.

L’idée de vous lancer dans le streaming vous est sans doute passée par la tête, mais vous vous êtes rapidement retrouvé perdu devant les nombreuses solutions disponibles, tant sur le logiciel que sur le matériel. Nous avions bien quelques idées de notre côté, mais on a préféré demander à un professionnel. Eric « Spontexx » Peugeot, joueur professionnel de League of Legends, streame quotidiennement ses parties sur Twitch. Il nous fait part de ses conseils pour se lancer facilement et rapidement dans l’aventure.

NB : compte tenu du contexte actuel, les stocks et les prix indiqués sont susceptibles d’évoluer rapidement.

La webcam

Commençons par le principal : la webcam. Nous avons récemment publié un guide d’achat des meilleures webcams. Spontexx est d’accord avec nous puisqu’il recommande lui aussi la Logitech C920 pour se mettre au streaming. Vendue moins de 80 euros généralement, c’est une webcam polyvalente qui sera suffisante pour le streaming. Vous pouvez également monter en gamme avec une Razer Kiyo qui dispose d’un éclairage LED intégré. Enfin, dans « le meilleur des cas, il est possible d’utiliser une caméra ou un très bon appareil photo, mais ce n’est pas du tout le même tarif » indique Spontexx. On se contentera donc la C920 de Logitech pour son tarif contenu.

Retrouvez la Logitech C920 à 79 euros

Il faut un vrai micro, pas un casque !

Si l’on a tendance à souvent faire attention à l’image lors de la mise en place de son setup, en réalité le son est plus important. Si vous streamez du jeu vidéo, l’image de la webcam sera bien souvent affichée dans un petit encart tandis que le son est en revanche omniprésent. C’est donc finalement un point plus important dans ce contexte.

Pour ça, rien de mieux qu’un micro dédié. Comme l’indique Eric Peugeot « un bon casque micro est très rare, j’utilisais autrefois le Steelseries Siberia v3 Prism, mais même si la qualité audio en sortie était très bonne, l’entrée audio n’était que médiocre ». Il conseille ainsi plutôt de se tourner vers un le micro Bird UM1 vendu moins de 50 euros.

Retrouvez le Bird EM1 à 49 euros

Autre conseil du pro : « prendre un pied pour micro (ou bien une perche) qui annule les vibrations qui peuvent s’entendre notamment lorsque l’on tape sur un clavier mécanique ! » Vous pourrez par exemple opter pour ce pied « bureau » à moins de 15 euros ou une perche de ce genre pour moins de 20 euros. 

Les autres accessoires

Selon Spontexx, l’un des investissements supplémentaires importants est « un deuxième écran pour pouvoir suivre ce qui se passe dans le chat et être réactif avec sa communauté ». Dans la mesure où il s’agit surtout d’un écran secondaire, il n’est pas nécessaire dans un écran gaming de grand luxe. On pourra se contenter d’un écran classique comme ce moniteur 24 pouce Full HD Samsung S24F350F à 110 euros environ.

Retrouvez le Samsung S24F350F à 110 euros environ

Pour ce qui est des lumières supplémentaires, elles ne sont pas primordiales, mais seront « utiles si la luminosité de l’endroit n’est pas adaptée ». Pas besoin de fond vert, c’est « loin d’être un indispensable, le charme et la décoration de la pièce doit faire en sorte que le cadre de stream soit plaisant. ». L’investissement est donc peu intéressant dans un premier temps.

Faut-il un gros PC pour streamer ?

L’une des configurations Numerama du moment

 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser instinctivement, il n’est pas toujours nécessaire d’avoir un PC Gaming ultra performant pour se lancer dans le streaming. « Il faut un bon PC » tempère Spontexx, « mais pas forcément le dernier modèle ». Cela dépend en réalité du contenu diffusé, « la configuration n’est pas la même si c’est du dessin, de la 3D, un jeu récent ou non » détaille-t-il, il faut en revanche que le stream « soit fluide, avec 60fps, pour que les viewers le suivent sans lag ou freeze. »

Autrement dit, si vous avez déjà un PC de jeu qui tient la route, vous n’aurez pas nécessairement besoin d’investir dans de nouveaux composants. Surtout si vous comptez diffuser des jeux relativement peu gourmands, comme des titres e-sport. Si toutefois vous cherchez une nouvelle machine de jeu, les configurations PC gamer de Numerama sont là pour vous aider.

Connexion internet : la fibre est obligatoire ?

Le stream est assez exigeant en terme de bande passante, il va donc falloir avoir une connexion internet robuste : « le câble à minima » estime l’expert et « au mieux la fibre pour pouvoir proposer la meilleure qualité d’image. Un stream en HD est beaucoup plus attractif qu’un stream en 480p. ». Avec de l’ADSL, il faudra passer votre chemin.

Rappelons que si vous êtes à la recherche d’un nouvel abonnement internet fixe, vous pouvez consulter notre récapitulatif des promotions internet du moment, ou utiliser notre comparateur d’offres internet.

Testez gratuitement votre égibilité fibre et ADSL avec notre outil Pour les logiciels, OBS ou Xsplit ?

Si le matériel est important, le logiciel n’est pas à négliger. La bonne nouvelle est qu’il existe de nombreuses solutions gratuites très performantes. Spontexx utilise Streamlabs OBS, totalement gratuit et « qui permet une multitude de choses sans forcément avoir besoin d’une grande connaissance technique : [comme] afficher les alertes de follow, don, sub ou créer des scènes si on ne possède pas d’overlay. C’est un logiciel très facile d’usage et surtout très complet ». Bref, il en fait largement autant que Xsplit qui lui, est payant. Si vous cherchez plus de détails, on vous proposera très prochainement un article dédié aux meilleurs logiciels pour streamer.

Quelques conseils du pro

Pour finir, voici quelques conseils supplémentaires de la part de Spontexx :

  • Il faut faire attention à l’acoustique et à l’environnement de stream pour faire en sorte que ce soit le plus plaisant aux viewers.
  • Amusez-vous lorsque vous streamez ! Partagez vos passions, votre bonne humeur, vous êtes là devant un public (même virtuel), alors restez vous même et créez un vrai lien avec les personnes qui vous regardent.

Vous avez maintenant toutes les clefs en main pour vous lancer dans l’aventure. Vous pouvez retrouver Spontexx sur Twitch tous les jours de 10h à 18h et sur Twitter.

Catégories: Mobile

Xiaomi Mi 10 et Mi 10 Pro annoncés, heures d’appel offertes chez Free Mobile et nouvelle montre Huawei – Tech’spresso

FrAndroid - sam, 28/03/2020 - 08:00

Vous n’avez pas eu le temps de suivre l’actualité hier ? Voici ce qui a marqué le vendredi 27 mars : l'annonce en Europe des Xiaomi Mi 10 et Mi 10 Pro, d'avantage d'heures d'appel chez Free et une nouvelle montre connectée chez Huawei. Pour ne manquer aucune actualité, pensez à vous inscrire à la newsletter Frandroid.

Le Xiaomi Mi 10 Pro

Xiaomi Mi 10 et Mi 10 Pro : les prix s’envolent en France

Ce vendredi, Xiaomi a annoncé officiellement l’arrivée en France de ses deux smartphones haut de gamme, les Mi 10 et Mi 10 Pro. Et leur caractère haut de gamme ne se mesure pour une fois pas qu’à leurs caractéristiques, mais également à leur prix. Il faut dire que le constructeur chinois va lancer son Mi 10 à 799 euros tandis que le Mi 10 Pro sera proposé au prix de 999 euros. Un prix particulièrement élevé pour une marque qui ne proposait jusqu’alors pas de smartphones à plus de 600 euros.

Xiaomi en a également profité pour annoncer son nouveau Mi 10 Lite, à 349 euros, son routeur Wi-Fi 6 Mi AIoT Router AX3600, ainsi que l’arrivée en France de son téléviseur Mi TV 4S.

Coronavirus : Free Mobile améliore à nouveau son forfait à 2 euros

Après avoir déjà étendu la data sur son offre mobile à deux euros, Free va encore plus loin. Alors que les Français sont confinés chez eux, l’opérateur mobile du groupe Iliad a en effet annoncé que depuis vendredi, son offre ne comprendrait plus seulement deux heures d’appel, mais jusqu’à quatre heures par mois.

Huawei Watch GT 2e : deux semaines d’autonomie et une compatibilité avec l’escalade, le skateboard ou encore le surf

Huawei dévoilait jeudi ses nouveaux smartphones haut de gamme, les P40, P40 Pro et P40 Pro+. L’occasion également pour le constructeur chinois de faire une piqure de rappel sur ses montres connectées. En plus de nouveaux coloris pour sa Watch GT 2, la marque a également dévoilé un nouveau modèle plus accessible et résolument orienté vers le sport, la Huawei Watch GT 2e. Celle-ci conserve la principale force de sa grande soeur : une large autonomie de deux semaines.

Lien YouTube

Retrouvez l'actualité des jours précédents dans le Tech'spresso

Catégories: Mobile

Xiaomi 70mai A1 et A1 Pro : deux scooters électriques avec écran tactile à moins de 500 euros

FrAndroid - ven, 27/03/2020 - 18:24

Xiaomi a lancé deux scooters électriques compacts avec un système pré-embarqué, de la connectivité et de petits prix.

70mai, startup fondée en 2016 qui fait partie de l’écosystème Mi de Xiaomi, vient d’annoncer l’arrivée de deux nouvelles références de scooters : Xiaomi 70mai A1 et A1 Pro. Il faut savoir que Xiaomi n’est pas un nouvel acteur de la mobilité urbaine, ses trottinettes sont les plus répandues et ce ne sont pas les premiers scooters commercialisés.

70mai A1 et A1 Pro : une conception très proche, une connectivité différente

Le 70mai A1 intègre un moteur 48 V / 16 Ah qui devrait permettre d’avoir 60 kilomètres d’autonomie avec la batterie de 768 Wh pour une vitesse maximale de 25 km/h.

La version A1 Pro est plus intéressante, car elle passe à 70 kilomètres d’autonomie (960 Wh), un moteur très similaire (48 V / 20 Ah), mais elle intègre surtout tout un système embarqué avec de la 4G LTE, un écran tactile (pas d’écran tactile ni de 4G sur la version normale), un système de géolocalisation par GPS et des haut-parleurs pour la musique. Xiaomi a prévu un assistant vocal pour contrôler l’écran sans avoir à le manipuler. La version Pro intègre également une dash cam à l’avant pour filmer en Full HD avec un champ de vision de 130 degrés.

La batterie sur les deux modèles est amovible pour être rechargée à la maison, l’ensemble semble bien construit, mais très léger : seulement 52 kilogrammes, c’est léger pour un scooter électrique.

Prix et disponibilité des Xiaomi 70mai A1 et A1 Pro

Mais ne vous attendez pas à retrouver ces produits sur le marché européen, pour le moment ils sont uniquement prévus en Chine. Le prix du 70mai A1 est d’environ 2 999 yuans, soit environ 380 euros. Dans le cas du modèle A1 Pro, son prix sera de 3 999 yuans, soit environ 510 euros.

Pour le moment, les deux modèles sont en cours de financement sur la plateforme de financement participatif de Xiaomi, Youpin.

Peut-on rouler en France avec ces scooters en France ?

Si vous voulez l’importer et rouler avec en France… sachez que tous les véhicules à deux roues doivent être homologués avant de pouvoir circuler sur les routes de France.

Toutefois, c’est une obligation uniquement pour les deux roues dont la vitesse maximale de circulation est égale ou supérieure à 24 km/h. Il y a également d’autres obligations pour les deux roues, comme la présence de clignotants, de feux de stops, de rétroviseurs, de catadioptres blancs à l’avant et orange-rouge à l’arrière… sans oublier le casque et les gants.

Pour obtenir une immatriculation, vous devrez faire homologuer votre scooter auprès du Ministère des Transports qui est représenté par des laboratoires compétents comme l’UTAC. Étant donné que ce véhicule n’est pas homologué pour le moment, ça semble être une mauvaise idée de l’importer en France.

Pour aller plus loin
Technologie et deux-roues font (enfin) bon ménage

NUI, spécialiste dans la mobilité urbaine, propose également des solutions similaires.

Xiaomi

Catégories: Mobile

OnePlus 8 : son design et ses caractéristiques dévoilées en détails

FrAndroid - ven, 27/03/2020 - 16:33

De nouvelles fuites de rendu du leaker OnLeaks permettent de découvrir le design du futur OnePlus 8. Un design qui ressemble fortement à celui du OnePlus 8 Pro attendu lui aussi le mois prochain.

C’est le mois prochain que OnePlus devrait présenter officiellement sa nouvelle gamme de smartphones, les OnePlus 8 et 8 Pro. Seulement, si l’on a déjà pu découvrir plusieurs images du modèle « Pro », ce n’était pas encore le cas du OnePlus 8 classique.

Pour aller plus loin
OnePlus 8, 8 Pro et 8 Lite : fiche technique, date de sortie… tout ce que l’on sait sur eux

C’est désormais chose faite grâce à Pigtou. En collaboration avec le leaker OnLeaks, le site de vente d’accessoires a en effet publié un billet de blog détaillant le design et une bonne part des caractéristiques du OnePlus 8. On peut ainsi découvrir un design très similaire à celui du OnePlus 8 Pro, également attendu le mois prochain. Une différence de taille par rapport aux OnePlus 7 et 7T dont les versions Pro arboraient un design assez différent. Ici, on retrouve ainsi un écran percé en haut à gauche en façade avec des bordures incurvées. Au dos, le module photo est aligné à la verticale au centre du smartphone, et non plus en forme de rond comme c’était encore le cas pour le 7T.

And now comes your very first look at an official press render showing the #OnePlus8 from all angles + final specs sheet!

One behalf of my Friends over @Pigtou_ -> https://t.co/B7nBgsRh3z pic.twitter.com/G2MkFanCbp

— Steve H.McFly (@OnLeaks) March 27, 2020

Snapdragon 865 et écran Oled 90 Hz

Du côté des caractéristiques, le OnePlus 8 Pro devrait profiter d’un écran de 6,55 pouces avec un taux de rafraîchissement de 90 Hz. Il profiterait par ailleurs d’une dalle Oled ainsi que d’une définition Full HD+. Par ailleurs, selon les informations d’OnLeaks, le smartphone profiterait bien d’une puce Snapdragon 865 compatible 5G, mais aussi d’un appareil photo principal de 48 mégapixels associé à un capteur de 16 mégapixels pour l’ultra grand-angle et à un appareil de 2 mégapixels pour la photo macro. En façade, il intégrerait un appareil de 16 mégapixels dans le poinçon pour les selfies. Enfin, pour les autres caractéristiques techniques, le OnePlus 8 intégrerait 8 ou 12 Go de RAM et 128 ou 256 Go de stockage, avec une batterie de 4 300 mAh.

Pour l’heure, on ignore encore quand les futurs smartphones de la marque chinoise seront présentés officiellement. Certaines rumeurs indiquent la date du 15 avril, mais aucune communication précise n’a encore été faite par la marque chinoise. D’ici là, n’hésitez pas à consulter notre dossier pour tout savoir sur les OnePlus 8 et 8 Pro.

Pigtou

Catégories: Mobile

Xamarin.Forms : Binding à la compilation

Dot.Blog - ven, 27/03/2020 - 15:00

L’option de compilation des bindings existe dans XAML depuis un moment, mais elle reste sous-utilisée, alors regardons à quoi cela sert et comment le mettre en œuvre !

Le binding, la clé de voute de MVVM

MVVM est un pattern créé spécifiquement pour WPF exploitant les possibilités alors nouvelles à l’époque du binding XAML. Ce pattern prend ses sources dans d’autres patterns largement utilisés sous d’autres plateformes comme MVC par exemple. XAML n’a pas beaucoup changé depuis WPF (Avalon le moteur graphique de Windows Vista !) car il a été créé presque parfait et pour les parties qui ne l’étaient pas il a été créé extensible et fut amendé au fil du temps.

Et l’une des caractéristiques de XAML est le Data Binding. En soi rien de révolutionnaire car on retrouvait des principes assez proches dans Windows Forms chez Microsoft et dans Delphi de Borland.

Toutefois XAML rendait le data binding plus naturel en en faisant un “citoyen de première classe” comme diraient les américains.

MVVM a donc été pensé avec le binding en tête, dès le départ, à la différence des autres patterns de même type. Ce qui lui confère un style particulier, une existence propre différente de MVC ou MVP.

Les subtiles nuances qui différencient ces patterns peuvent être en partie représentée par le schéma suivant :

Je n’irai pas plus loin aujourd’hui sur ce terrain, ce n’est pas l’objet du présent papier et c’est un sujet que j’ai déjà abordé plus d’une fois (et qu’on retrouve dans les livres PDF gratuits de la collection All Dot.Blog, cliquez dans la barre en haut de la page ou sur le lien de cette phrase !).

Bref, dans MVVM il y a une partie Modèle qui représente les données, une partie Vue qui représente les écrans affichés à l’utilisateur et une partie Vue-Modèle ou ViewModel en anglais qui est une sorte de Presenter ou de Controller d’autres patterns mais avec une relation spéciale avec la Vue. Et ce lien spécial c’est le Binding XAML qui le permet.

Le binding est tellement naturel en XAML qu’il s’exprime sous une forme assez directe de type :

<Label Text="{Binding MonTexte}"/>

C’est simple mais il y a un problème.

Les problèmes du Binding

On pourrait discuter des heures du Binding XAML, de ce langage dans le langage, implémenté sous la forme d’extension de XAML qui est un langage SGML donc conçu pour cela mais qui peut souffrir de certaines lourdeurs. J’en fait le tour dans l’un des livres gratuits évoqués plus haut abordant XAML.

Mais en ce qui concerne MVVM qui incite à l’utilisation du Binding l’avantage de la simplicité peut entraîner l’inconvénient d’un bogue sournois et, dans le meilleur des cas, d’une perte de performance.

Le bug sournois il est facile à deviner : le binding est interprété au Runtime. Et tout ce qui est interprété au Runtime échappe par définition à la compilation et ses vérifications. XAML marche de pair avec C# un langage fortement typé, et l’écart entre tant de liberté côté XAML et tant de rigueur côté C# en a souvent étonné plus d’un.

Il suffit d’écrire MonTeste au lieu de MonTexte pour la variable de Binding (exemple ci-avant) pour que patatras ! … rien ne se passe. Non, ni avertissement, ni break, ni exception, rien. Juste un affichage qui ne marchera pas. Et cela ne se voit pas toujours du premier coup en test (certaines données peuvent être vides de façon parfaitement “légale” à certains moment).

C’est une situation fâcheuse pour le moins. Et qui à côté d’un C# compilé et bien typé fait encore plus désordre.

Certes les erreurs de bindings se retrouvent dans la console de sortie en debug, mais noyées parmi des centaines de messages ça ne saute pas aux yeux c’est le moins qu’on puisse dire.

Outre ce problème le binding souffre d’une lourdeur inhérente à son caractère Runtime. Pour créer l’objet de binding qui fait la liaison entre la propriété et le champs lié XAML va faire usage de la Réflexion. Réfléchir c’est bien, tout le monde est d’accord là dessus, mais tout le monde sait aussi que si on veut aller vite mieux vaut avoir développé des réflexes plutôt que de partir dans de grandes réflexions…

La réflexion est un mécanisme .NET coûteux en temps. S’il y a beaucoup de bindings le cumul de temps perdu ne sera pas négligeable surtout sur des machines peu puissantes.

Comment régler ces deux problèmes du binding ?

La compilation des bindings

La compilation des bindings est la solution. Il s’agit d’un mécanisme qui entraîne une certaine rigidité qui n’est pas forcément toujours souhaitable (certains cas existent où il est préférable de conserver le mode d’interprétation Runtime) mais il s’agit là d’une rigueur et non pas d’une rigidité même si notre belle langue fait de ces mots des parents elle les pare de nuances non négligeables !

La rigueur de la compilation va entraîner : d’une part la découverte des bogues de binding lors de la compilation ce qui apporte une sécurité anti-bogue importante, et d’autre part le codage en dur de la création de l’objet de binding qui n’aura plus besoin du support de la réflexion au Runtime d’où un gain de temps appréciable (au chargement de la page).

Des pages qui se chargent plus vite, des bogues en moins, le tout sans changer son code, c’est une solution presque miraculeuse !

Presque car si aujourd’hui elle sait prendre en charge les situations les plus courantes il n’en fut pas toujours ainsi à sa création, et l’utilisation de la compilation des bindings entraînait alors quelques contraintes plus ou moins gérables selon le contexte.

Sous Xamarin.Forms la fonctionnalité est mâture et peut s’utiliser de la façon la plus simple qu’il soit, par un attribut sur l’assembly.

Par défaut les templates Xamarin.Forms ajoutent automatiquement cette option.Cherchez dans le code et vous trouverez :

[XamlCompilation(XamlCompilationOptions.Compile)]

Mais pour des tas de raisons vous pouvez être amené à supprimer cette compilation globale pour tout le projet. Il est alors possible de gérer au cas par cas en ajoutant un attribut semblable au niveau de la page qu’on souhaite voir profiter de la compilation :

[XamlCompilation (XamlCompilationOptions.Compile)]
public class MaHomePage : ContentPage ...Simple mais pas suffisant…

Si vous vous en tenez à la simple action de l’attribut tout va fonctionner mais pas pour les raisons que vous croyez… En effet vos bindings vont continuer à être interpréter au Runtime !

Pourquoi ? Tout simplement parce que le BindingContext est une propriété qui n’est pas descendante de la classe de votre ViewModel ! Et heureusement, c’est ce qui permet de lier une Vue à n’importe quel ViewModel !

Oui mais voila, c’est dans le BindingContext que XAML va chercher les propriétés du ViewModel qui vont être bindées aux propriétés des objets XAML… Et comment XAML pourrait-il faire cela sans réflexion ? Il ne le peut pas. Et à la compilation ? On pourrait supposer que le compilateur utilise lui aussi la réflexion pour faire le lien. Mais pour plein de raisons dont on ne parlera pas ici ce n’est pas ce qui se passe.

Donc avec un BindingContext de type Object, impossible de compiler un simple binding comme celui de l’exemple plus haut dans ce papier puisque cela reviendrait à compiler l’appel au getter de la propriété MonText du BindingContext qui est de type objet, type ne contenant pas la propriété en question.

Vous pigez le problème ?

Il nous faut une parade à ce problème de type.

La parade

Si dans MVVM le ViewModel ne doit pas connaître sa ou ses Vues (ce qui est une bonne chose) vouloir pousser à l’extrême l’opposé n’a jamais fait sens pour moi. Je m’inscris donc en faux contre tous les discours extrémistes qui affirment qu’en MVVM la Vue aussi doit tout ignorer de son ViewModel.

L’argument utilisé n’est pas idiot, si la Vue ne sait rien de son ViewModel on pourra facilement remplacer ce dernier sans que cela ne pose de souci ni avoir à changer du code dans la Vue. C’est pratique pour du testing par exemple.

Il se peut que dans un projet donné l’échange de ViewModel sans que la Vue ne le sache soit un besoin et il faudra assurément prendre l’argument au sérieux. Je dis “il se peut” car je n’ai jamais vu le cas et je pratique XAML depuis sa création auprès de tas de sociétés et de clients différents.

L’argument n’ayant en réalité aucune portée pratique raisonnable on peut en faire abstraction. Au diable les extrémistes !

Car comme souvent ceux qui se veulent les “gardiens de la loi” sont les plus grands pervers ! Ici la perversion tiendra de l’hypocrisie. La Vue est faite pour fonctionner avec un certain ViewModel, elle fait des bindings non pas au hasard mais en utilisant des noms de propriétés ou de commandes qui appartiennent à un ViewModel précis et pas un autre.

Donc dans les faits la Vue connaît son ViewModel qu’on le veuille ou non car sinon plus rien ne marche.

On pourrait penser à une isolation supplémentaire, et on pourrait lier la Vue non pas directement au ViewModel mais à une interface, un IViewModel qui contiendrait le contrat (propriétés, méthodes, commandes..).

Dans l’esprit je trouve cela plutôt séduisant et pour le coup je deviendrais encore plus extrémiste que les extrémistes ! (comme quoi gardons nous de moquer la paille de l’œil de l’autre car souvent il se cache une poutre dans le nôtre !).

Mais vu le coût d’une telle opération il est peu probable qu’un jour l’un d’entre vous dispose du budget permettant de tels raffinements !

Dès lors parlons de ce que nous développons réellement tous les jours. Et dans ce contexte la Vue peut connaître son ViewModel qui le plus souvent a été écrit spécifiquement pour la Vue en question.

Vous allez comprendre cette introduction à la parade annoncée… Car elle oblige à placer une instruction particulière dans le XAML de la vue. Et que cela est source de polémiques… J’ai donc déjà la question par les propos qui précèdent !

En effet le seul moyen de permettre un binding à la compilation est d’indiquer le type du ViewModel à XAML dans la Vue concernée.

Cela semble logique mais comme je le disais cela peut prêter à discussions infinies sur le découplage propre à MVVM.

Cette instruction se place dans l’entête de la Vue, il s’agit plutôt d’utiliser une extension du langage le “x:”.

Ainsi en plaçant

x:DataType="viewModels:MonViewModel"

On va indiquer à XAML et au compilateur qui va inspecter la page quel est le type du BindingContext. Ici l’exemple suppose la définition préalable d’un “xmlns:” pour ”viewModels”, qui sera un alias XAML dans la page pour les objets vivants dans un namespace donné, lui-même contenant “MonViewModel”, mais cela est un classique en XAML.

Et maintenant ça marche !

Seulement maintenant la compilation des bindings va fonctionner … Peu le savent pensent que l’utilisation de l’attribut discuté plus haut est suffisant. Ce n’est pas le cas.

Nous pouvons maintenant et maintenant seulement bénéficier des avantages de la compilation des bindings :

  • Contrôles d’existence à la compilation
  • Vitesse de chargement de la page améliorée

La directive DataType est placée généralement dans l’entête de la déclaration de l’objet page, et elle s’applique donc à tous les bindings sauf indication contraire. Si ponctuellement on veut casser ce lien il est possible au niveau d’une balise donnée (label, liste…) d’ajouter x:DataType={x:Null} ce qui annulera pour cette balise les effets du DataType global.

Conclusion

La compilation des bindings est une chose indispensable pour mieux sécuriser son code (contrôles à la compilation) et accélérer le chargement des pages. L’ajout de l’attribut n’est pas suffisant ce que beaucoup pensent à tort. L’usage de DataType est indispensable mais entraîne un lien plus fort encore entre la Vue et son ViewModel (dans ce sens là uniquement). On pourrait en discuter et en rediscuter, dans les faits cela n’est pas gênant. Mais si vous faites partie des intégristes de MVVM alors allez jusqu’au bout et déclarer des interface pour chaque ViewModel. L’astuce de compilation pourra être utilisée tout en maintenant un découplage fort entre les éléments du pattern MVVM !

Stay Tuned !

Catégories: Dévelopement

Xiaomi Mi 10 et Mi 10 Pro : les prix s’envolent en France

FrAndroid - ven, 27/03/2020 - 14:51

Xiaomi France a dévoilé le prix et la date de sortie des Mi 10 et Mi 10 Pro. Ce sont les deux nouveaux fleurons de la marque et il faudra avoir quelques économies de côté.

Comme prévu, c’est aujourd’hui que Xiaomi a lancé le Mi 10 et le Mi 10 Pro à l’internationale, après un lancement en Chine en février.

Nous ne reviendrons pas ici en détail sur les caractéristiques de ces nouveaux smartphones, qui avaient déjà été présentés. Voici un tableau récapitulatif pour se rafraîchir la mémoire.

Modèle Xiaomi Mi 10 Xiaomi Mi 10 Pro Version de l'OS Android 10 Q Android 10 Q Interface constructeur MIUI MIUI Taille d'écran 6.67 pouces 6.67 pouces Définition 2340 x 1080 pixels 2340 x 1080 pixels Densité de pixels 386 ppp 386 ppp Technologie Super AMOLED Super AMOLED SoC Snapdragon 865 Snapdragon 865 Puce Graphique (GPU) Adreno 650 Adreno 650 Mémoire vive (RAM) 8 Go 8 Go Mémoire interne (flash) 256 Go 256 Go Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 108 Mpx
Capteur 2 : 13 Mpx
Capteur 3 : 2 Mpx
Capteur 4 : 2 Mpx
Capteur 1 : 108 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 12 Mpx
Capteur 4 : 20 Mpx
Appareil photo (frontal) 20 Mpx 20 Mpx Enregistrement vidéo 8K@30 fps 8K@30 fps Wi-Fi Wi-Fi 6 (ad) Wi-Fi 6 (ad) Bluetooth 5.1 5.1 Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28) 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28) NFC Oui Oui Capteur d'empreintes Sous l\'écran Sous l\'écran Ports (entrées/sorties) USB Type-C USB Type-C Batterie 4780 mAh 4500 mAh Dimensions 74.8 x 162.6 x 9mm 74.8 x 162.6 x 9mm Poids 208 grammes 208 grammes Couleurs Argent, Or, Bleu Blanc, Bleu Prix 1500€ Fiche produit Voir le test Fiche produit Voir le test

Ce lancement était l’occasion pour Xiaomi de dévoiler les prix et la date de sortie du smartphone en France.

Le prix flirte avec les 1000 euros

Le fabricant avait déjà dévoilé des prix en forte hausse en Chine, qui montrait que la marque avait désormais de nouvelles ambitions pour le marché du smartphone.

C’est confirmé avec les prix pratiqués en France qui décollent tout autant. Jugez plutôt :

  • Xiaomi Mi 10 Pro avec 8 Go/256 Go : 999 euros
  • Xiaomi Mi 10 avec 8 Go/256 Go : 799 euros

Il y a un an, Xiaomi lançait le Mi 9 à partir de 499 euros pour 64 Go de stockage avec 6 Go de RAM.

Xiaomi a donc augmenté le prix de son fleuron de 60 % en un an seulement.

Les Xiaomi Mi 10 et Mi 10 Pro seront disponibles en France à partir du 7 avril 2020. Pour le lancement, Xiaomi offre des écouteurs Mi True Wireless Earphones 2. Nous avions testé la première génération sur Frandroid.

Xiaomi précise que les achats depuis sa boutique Mi.com donneront le droit à 1 an de garantie supplémentaire (soit 3 ans au total) et un remplacement d’écran gratuit pendant deux ans, à compter de la date d’achat.

Catégories: Mobile

Xiaomi Mi 10 : comment suivre le lancement en France en direct

FrAndroid - ven, 27/03/2020 - 13:36

C'est aujourd'hui que Xiaomi va lancer sa gamme Mi 10 en France. Voici comment suivre la conférence en direct.

Quelques semaines après l’annonce en Chine, voici l’annonce internationale et plus précisément en France de la gamme Mi 10.

Cet événement à suivre en direct sur Internet va permettre de connaitre les éventuelles différences entre les Mi 10 européens et chinois, mais aussi, et surtout de connaitre la date de sortie et le prix du smartphone chez nous.

Le Xiaomi Mi 10 devrait être la star de cette présentation, mais d’autres produits Xiaomi pourraient faire leur arrivée. On pense à des produits pour la maison connectée, ou à d’autres smartphones comme le Redmi K30 Pro ou le Redmi Note 9S.

Les liens pour suivre la conférence

L’événement commence à 14 heures, heure française, aujourd’hui, 27 mars. Pour suivre la conférence, c’est tout simple puisque Xiaomi va la diffuser en direct sur YouTube.

Lien YouTube

Évidemment, même confinée, la rédaction de Frandroid va également couvrir cet événement et vous proposer ses analyses.

Catégories: Mobile

Marshall s’apprête à lancer son Uxbridge, une enceinte connectée compacte

FrAndroid - ven, 27/03/2020 - 13:18

De plus en plus présent sur le marché du casque audio et de l'enceinte Bluetooth et connectée, le Britannique Marshall lancera le 8 avril prochain son Uxbridge, une enceinte intelligente compacte, déclinée en versions Amazon Alexa et Google Assistant.

Crédit : Marshall

Après avoir lancé ses Stanmore II et Acton II, deux enceintes connectées au format relativement conséquent, Marshall mise sur la compacité avec son Uxbridge. Cette nouvelle enceinte intelligente, attendue le 8 avril à 200 euros, sera déclinée en noir et blanc, et sera disponible en deux versions : une première compatible avec Amazon Alexa (dès le lancement) et une seconde supportant Google Assistant (attendue cette fois le 11 juin). Dotée de spécifications convenables sur le papier, elle pourrait vite séduire par son design, qui respecte les plus purs canons esthétiques de la légendaire marque anglaise… sans prendre trop de place sur une étagère.

30 watts dans un format compact

Dans un châssis de 128 x 168 x 123 mm (pour 1,39 kilo), Marshall parvient à faire tenir un ampli de 30 watts, qui se contentera toutefois de faire fonctionner son haut-parleur et son tweeter en mono. Pour rappel, la Stanmore II, nettement plus volumineuse, profitait de 50 watts.

Si l’on ignore encore quelle sera la qualité de son rendu sonore, l’Uxbridge proposera le support des protocoles AirPlay 2 et Spotify Connect (complétés en mai d’une compatibilité avec Xiaowei, l’assistant vocal de Tencent, liée à WeChat, et donc surtout pertinente pour les utilisateurs chinois). Une puce Bluetooth 5.0 et une connectivité Wifi (802.11 a/b/g/n et ac) seront aussi de la partie.

Marshall proposera par ailleurs deux micros avec contrôle du bruit pour permettre à son produit de comprendre les commandes vocales même lorsque de la musique est jouée. Une configuration qui devient peu à peu courante sur les enceintes connectées récentes.

Android Police

Catégories: Mobile

MacBook : les coûts cachés d’un passage à ARM

FrAndroid - ven, 27/03/2020 - 13:13

Passer des processeurs Intel actuels à une architecture ARM pourrait faire économiser de l'argent à Apple, mais aussi générer quelques coûts cachés supplémentaires.

Depuis près d’une décennie déjà, les rumeurs évoquent un passage des MacBook d’Apple à une architecture ARM, reprenant ainsi la base des SoC qui animent aujourd’hui nos smartphones et nos tablettes. Unifier ainsi ces familles permettrait de réunir davantage macOS et iOS/iPadOS, ce qui est déjà en cours par bribes.

Outre iPadOS qui supporte désormais la souris et l’unification des achats entre l’App Store mobile et le mac App Store rendu possible pour les développeurs, on a vu ces dernières années un gros travail d’Apple pour apporter un véritable écosystème de travail sur l’iPad. Aussi, selon Ming-Chi Kuo, célèbre analyste connu pour ses nombreuses prédictions autour de la marque à la pomme, les premiers MacBook ainsi équipés devraient arriver dès la fin de l’année. Une position qu’il tient depuis 2018 déjà.

Un coût principal moins élevé…

Pour l’utilisateur final, ce changement pourrait apporter de nombreux avantages, comme l’intégration de la 4G/5G comme on l’a déjà vu sur les premiers ordinateurs always connected, ou encore une autonomie accrue. Pour Apple, c’est un gain sur les coûts de fabrication.

Selon Ming-Chi Kuo, Apple pourrait économiser entre 40 et 60 % du prix du CPU en passant d’une architecture Intel à de l’ARM. Sachant qu’il s’agit d’un composant important, ce serait là un excellent moyen pour rester compétitif et garder un modèle en dessous de la barre psychologique des 1000 dollars. Pour rappel, aujourd’hui le MacBook Air le moins cher est proposé à partir de 1199 euros.

… mais des coûts cachés

Il ne faut pas en déduire pour autant que cette économie se traduira irrémédiablement par une baisse de prix. En effet, en dehors du CPU lui-même, il faut prendre en compte d’autres composants actuellement intégrés par Intel. On peut notamment citer les contrôleurs USB et Thunderbolt 3, qu’Apple sera obligé d’acheter par ailleurs pour faire fonctionner convenablement l’unique port de ses ordinateurs portables.

Toujours selon Kuo, Apple aurait déjà commencé à s’approvisionner chez ASMedia. La feuille de route qui commence ainsi à se dessiner prévoit néanmoins de rester en USB 3.1 jusqu’en 2021, avec un passage à l’USB 4 en 2022 seulement. Outre les débits supérieurs, cette norme possède l’avantage d’intégrer directement la technologie Thunderbolt 3.

Par ailleurs, cela va demander à Apple un travail de fond sur macOS pour en repenser entièrement la base et travailler sur davantage de compatibilité avec des développeurs partenaires afin de proposer un écosystème qui soit l’égal de ce que l’on peut trouver sur les MacBook actuels équipés de puces Intel. Aucun créatif par exemple ne fera le grand saut s’il ne retrouve pas ses environnements de travail habituels.


Apple triple la période d’essai de Final Cut Pro X, parfait pour savoir s’en servir


Parallèlement à Adobe Premiere Pro et DaVinci Resolve (entre autres), Final Cut Pro X reste une valeur sûre pour les professionnels de l’édition vidéo opérant sur Mac. Le logiciel d’Apple voit aujourd’hui sa période d’essai gratuite passer à 90 jours,…
Lire la suite

9to5Mac

Catégories: Mobile

Apple triple la période d’essai de Final Cut Pro X, parfait pour savoir s’en servir

FrAndroid - ven, 27/03/2020 - 11:36

Apple profite certainement un peu du confinement pour encourager l'achat de ses logiciels, mais l'on ne s'en plaindra pas : dans sa grande mansuétude, la firme vient d'étendre la période d'essai de Final Cut Pro X à 90 jours... au lieu de 30. De quoi vous laisser le temps d'apprendre à l'utiliser, et accessoirement d'y prendre goût.

Crédit : Apple

Parallèlement à Adobe Premiere Pro et DaVinci Resolve (entre autres), Final Cut Pro X reste une valeur sûre pour les professionnels de l’édition vidéo opérant sur Mac. Le logiciel d’Apple voit aujourd’hui sa période d’essai gratuite passer à 90 jours, au lieu des 30 jours habituels. Un délai de trois mois pour apprendre à maîtriser un logiciel de montage complexe, qui devrait permettre à Apple d’écouler plus facilement un outil dont la licence reste coûteuse, puisque facturée 329,99 euros en France.

À noter toutefois que dans nos contrées, cette nouvelle période d’essai n’est pas encore en vigueur. Active sur le site américain du géant de Cupertino, elle devrait logiquement s’étendre à la France dans les prochains jours… L’idée serait en tout cas de maximiser son impact auprès des utilisateurs en période de confinement.

90 jours d’essai bientôt disponible pour Logic Pro X ?

D’après 9to5Mac, cette offre d’essai de trois mois devrait aussi s’étendre prochainement à la suite Logic Pro X. Pensé pour les professionnels de l’audio et de l’édition musicale, Logic Pro X ne bénéficie actuellement d’aucune offre d’essai gratuite, tandis que son ticket d’entrée reste tout de même fixé à 229,99 euros. L’initiative d’Apple serait donc plus que bienvenue, mais pour l’heure rien n’apparaît encore sur les sites américain et français du groupe.

Comme le note pour sa part Engadget, les utilisateurs profitant actuellement de l’ancienne période d’essai de 30 jours peuvent souscrire à la nouvelle démo de 90 jours, et ainsi cumuler les deux pour atteindre jusqu’à 4 mois d’utilisation gratuite du logiciel d’Apple. Un délai à l’issue duquel il faudra toutefois opter pour une autre solution… ou bien faire chauffer la carte bleue.

Si cette offre arrive bien jusqu’en France, une simple inscription sur le site d’Apple suffira à télécharger puis installer l’outil, avant de pouvoir l’utiliser sans restriction pendant toute la durée du confinement (en espérant néanmoins que ces trois mois suffiront…).

Engadget

Catégories: Mobile

Pages

S'abonner à Sleepy SME agrégateur